Les Editions Muffins

Forum du site des Editions Muffins
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une maison d'édition?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agrippine




MessageSujet: Une maison d'édition?   20/9/2008, 03:02

Bonjour à tous,

Je préviens d'avance, ce message ne plaira pas à tout le monde (pour ne pas dire à personne) mais il est temps que je vide un peu mon sac. Je vous rassure cependant, je ne serai ni insultante ni grossière - il n'y aura donc aucune raison de supprimer ce post.

Je suis le projet "Editions Muffins" depuis un an maintenant et j'avoue qu'après cette première année d'existence, l'ensemble me laisse perplexe. Je suis moi-même dans les métiers du livre et je me demande si la "patronne" sait qu'il ne suffit pas de s'auto-proclamer pompeusement éditrice pour en être une, si elle est au courant que le but d'une maison d'édition étant de vendre elle se doit d'avoir l'air un minimum sérieux.
Ce projet n'a rien d'une maison d'édition. Au contraire, le tout fleure bon l'amateurisme à l'état pur. J'ai vu des fanzines plus crédibles que ça.

- Le site en lui-même est parfaitement risible. Ce n'est pas un site qui fait professionnel (d'abord parce qu'il est bourré de fautes - et non, le fait de s'avouer nulle en français n'est PAS une excuse), le logo n'est pas des plus esthétiques et le tout respire la suffisance. Bref, ça ne fait pas sérieux même si ça se la joue. Ca fait rire.
Pourtant, la "patronne" parle clairement d'un avenir pour son bébé, alors, première remarque, changez-lui ses layettes.

- Je sais que l'édition n'est pas un domaine réglementé mais il se trouve que c'est un travail à plein temps, surtout quand on veut tenir sur le marché. Il y a des loisirs moins exigeants et moins chers.
Un éditeur doit connaître les réseaux de diffusion, savoir utiliser le potentiel de ses collaborateurs, faire respecter la politique de la maison, assurer la rentabilité de l'entreprise,... ce ne sont pas des domaines qu'on peut apprendre entre la poire et le fromage. J'ignore quelles études a suivi la "patronne" mais, au vu du site, je doute de ses compétences dans ces matières. Certes, les Editions Muffins sont encore une toute petite structure mais quand on espère vendre à des professionnels et agrandir son catalogue, il faut s'en donner les moyens.

- Je crois que le pire vient des livres en eux-mêmes. Un travail à ce point bâclé ne mérite pas d'être édité. Les couvertures passent encore (tout est subjectif) mais il est inadmissible qu'un livre coûtant la bagatelle de VINGT euros soit à ce point bourré de fautes et de coquilles. Où est la relecture? Où est le travail d'adaptation, de correction, de rewritting? A ce compte là, ça revenait bien moins cher de laisser les "oeuvres" sur internet et de laisser les personnes intéressées les imprimer elles-mêmes.
Les lectrices ne sont peut-être pas exigeantes (c'est le moins qu'on puisse dire) mais ce n'est pas une raison pour les prendre pour des pigeons, ni pour s'abaisser à leur niveau quand elles admettent avoir des lacunes dans leur langue maternelle! Si elles acceptent de congratuler un livre écrit dans un français de sixième, libre à elles mais, une fois encore, se contenter du minimum syndical en matière de travail éditorial n'est pas professionnel. Mais est-ce que le but est d'être professionnel?

- Je me demande si un éditeur peut éditer ses propres oeuvres (ici il ne s'agit pas d'auto-publication à compte-d'auteur puisque les Editions Muffins se disent maison d'édition). Est-ce acceptable sur le plan déontologique? Est-ce seulement légal?

- La "patronne" veut préserver l'anonymat de son comité de lecture, ça se conçoit. Mais les choix faits jusqu'à présent me font surtout penser que ce fameux comité réuni une bande de copines qui se publient entre elles. Les livres parus jusqu'alors ne présentent aucun intérêt, pas le moindre et il n'y a rien pour les sauver - c'est donc que la qualité n'était pas un critère, le tout n'était qu'un moyen de se faire plaisir.

- Une maison d'édition est un commerce qui a besoin d'être rentable. Où est la stratégie marketing? Où est la volonté de communiquer et de se faire connaître?

Au final, l'ensemble me fait l'effet d'une belle escroquerie ou d'une mauvaise blague.
Ce projet est jeune, mais mal parti. Qu'en sera-t-il l'année prochaine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 11:32

Et bien merci à vous de cette franchise !
J’ai longtemps hésité à savoir si je devais y répondre ou non et si oui de quelle manière.
Je sais que dans mon entourage on me chuchoterait de ne rien faire, que cela dévaloriserait ma « position » et que je n’ai de compte à rendre à personne. Mais puisque cela m’est directement destiné et que j’apprécie l’honnêteté et la liberté de ton. Je pense qu’une réponse serait appréciée par Agrippine. Alors pour ne pas la décevoir, puisqu’elle n’attend QUE ça ^_-
Voici acte :

La patronne sait pertinemment qu’elle ne fera jamais l’unanimité.
Imaginez donc !
Une autodidacte déclarée qui conduit par sa seule passion et non l’appât du gain un projet ambitieux alors qu’elle ne fait pas parti de cette population privilégiée et fermée qu’est le monde de l’édition !

On a fait des erreurs, c’est indéniable.
On n’a pas un super site, c’est encore indéniable. (Rappelez-moi seulement où il est inscrit dans le code français qu’une société sérieuse se doit d’avoir un site high-tech o_Ö?)
Enfin, oui, nous avançons à notre rythme, sans avoir encore gérer le problème de la « diffusion ». Mais nous sommes une maison d’édition indépendante ! Libre à nous de prendre notre temps et /ou de garder une diffusion artisanale si cela nous chante ! Qui donc a dit que l’on souhaitait inonder le monde de nos œuvres et d’autant plus en 6 mois d’existence?
Des éditeurs indépendants à notre image (ou leurs dirigeants ont une autre activité), il en existe en France des MILLIERS !!! Allez donc les voir au salon du livre, ils sont généreux et tous emplis de passion pour leur sujet de prédilection !
N’hésitez pas à leur rendre visite, pour les critiquer de ne pas être au top de leur diffusion et de ne pas lâcher leur boulot pour cette passion, ils seront ravis ^__^x

Pensez et jugez-nous donc autant que vous le souhaitez, je n’ai moi aucun compte à rendre à quiconque. (L’Etat mis à part mais de ce coté-ci, tout va bien, merci !)
Je rappellerais juste que personne n’est obligé d’adhérer à notre entreprise !
Personne n’est obligé d’acheter !
Tout à chacun est en possession de son libre arbitre et donc capable de faire la part des choses entre individus malveillants et groupe de personnes passionnées qui travaillent durs pour offrir ce que d’autres attendent depuis longtemps. J’ose croire que les lecteurs sont capables de juger s’il souhaite ou non investir leur argent dans nos ouvrages.
Libre à vous tous qui ne voyez en nous que des amateurs indignes de respect de détourner le regard et de ne pas chercher plus avant à nous connaître et « assister » à notre naissance et développement.
Mais nous accuser d’escroquerie alors que personne n’en tire le moindre profit financier, ça, pour moi, c’est risible ;p Car cela prouve que toute aussi informé pensez-vous l’être, vous parlez sans savoir ^_-
Une auto-édition de mes ouvrages, m’aurait réellement fait gagner de l’argent depuis un an ! La maison d’édition, non, car le moindre centime est réinvesti ! Pourquoi ? Car j’ai pour but déclaré d’aider de jeunes auteurs à être publié et ainsi se faire connaître et offrir par la même aux lecteurs amateurs de Yaoi des supports pour prolonger leur passion au-delà de leur PC. Si vous résumer cet objectif par de l’escroquerie, peu m’importe, ce n’est qu’un mot.
Je comprends la difficulté de croire qu’on puisse être à ce point désintéressé et passionné…

Je terminerais juste par préciser une chose importante pour moi, concernant la seule remarque que je ne peux sciemment accepter de lire sans réagir. Les auteurs & illustrateurs publiés par nos soins ne sont pas les amis des associées et de la patronne !
Mis à part les ouvrages d’Emilie Lepers (A savoir moi-même, tout le monde le sais ici ! Et en raison d’une vraie attente de mes ouvrages, vous en déplaise) et une nouvelle de la Rentrée (écrite par une amie et associée qui a toutefois passé tous les stades du comité de relecture comme les autres finalistes): TOUS les textes & illustrations ont été écris et dessinés par des personnes que je ne connaissais pas ! (Ou tout au plus, de nom et de loin sur le fandom, puisque j’y suis très active)
Libre à chacun de le croire ou pas.
Je ne cherche pas à m’expliquer, j’informe juste les personnes qui pourraient en douter.

De la même manière, le comité de lecture existe, lui aussi, sauf que là encore, vous en déplaise : AUCUNE maison d’édition n’indique aux lecteurs les noms et adresses de leur comité pour leur prouver leur existence. Pourquoi donc devrions-nous agir différemment ?
Ah si c’est vrai ! Nous, nous sommes les méchants et devont donc tout prouver pour qu’on nous croit ^_-

Moi je cherche plutôt à comprendre pourquoi une personne qui nous trouve si risible et ne vois aucun intérêt à notre société continue à graviter autour de nous, depuis plus d’un an o_O ?
Ah... l’amour d’être là, pour critiquer et diffamer, tel un vautour en attente de son repas ^_-
Ce qui est dommage pour vous, c’est que nous sommes là pour encore trèèèèèès longtemps puisque ce n’est pas l’appât du gain qui nous motive !
Et vous en déplaise, un an pour une telle société, ce n’est rien. A peine l’age de la première dent ! Aussi, j’ose croire que le temps et notre travail sérieux et appliqué, prouveront au plus sceptiques que le monde de l’édition de qualité, n’est pas réservé qu’à une élite auto-proclamée.

Ce retour n’a donc en rien effleuré ma motivation et détermination, pas même déçue ou mise en colère. Je ne suis pas dupe, j’ai conscience de nos faiblesses. Nous travaillons dur et sans relâche pour les effacer. Mais après… Je ne m’attends pas à être aimé ou apprécié par tous !


En esperant n'avoir choqué personne de mes réponses et que par ce fait, elles ne seront pas supprimées.......

_________________
mimimuffins


Dernière édition par mimimuffins le 20/9/2008, 16:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agrippine




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 12:38

Merci d'avoir répondu aussi vite, je m'attendais plutôt à ce que ce message soit supprimé sans autre forme de procés.

Que répondre à tout ça?

- D'abord, si je "gravite" autour de ce projet depuis un an, c'est parce que je crois au potentiel de cette idée et je n'attends que son développement. Ce qui me gêne, c'est justement qu'une société qui veut promouvoir quelque chose, veut se développer et conquérir un marché professionnel (ne dites pas le contraire, il y a des sections pour les pros sur votre site!), ne se donnent pas plus de moyens pour y parvenir. Certes, cumuler deux emplois n'est pas évident mais la plupart des éditeurs amateurs que j'ai eu l'ocassion de rencontrer étaient aussi passionnés que rigoureux.
Et, au risque de vous décevoir, je ne suis pas un vautour qui n'attend que l'occasion de démonter les passions d'autrui. Tous les points que j'ai soulevés l'auraient été par un éditeur professionnel (personnellement, je suis libraire!) et le but était de mettre en avant les points faibles de votre entreprise. Votre projet est jeune, il va grandir et j'espérais que vous prendriez également mes remarques comme des conseils pour avancer. Vous pouvez me trouver gonflée mais je m'en fiche, je n'ai pas non plus de comptes à vous rendre. Et je ne m'excuserai pas des propos que j'ai tenus!

Le problème ne vient pas du fait que vous êtes auto-didacte (car vous ne l'êtes pas encore, je suis désolée!), il vient du manque de soin apporté à votre production. Le site, la communication,... Ce ne sont que des détails au final - même s'ils comptent énormément dans l'image d'une maison d'édition. Le problème c'est que vos livres sont traités par-dessus la jambe. Les histoires ne feront jamais l'hunanimité, les fautes d'orthographe, de syntaxe et de grammaire, si. Je le répète mais il est inadmissible de vendre VINGT euros des bouquins qui contiennent les mêmes fautes que lorsque ces histoires étaient publiées gratuitement sur le net.
Vous vous dites passionnée, motivée par l'envie de promouvoir quelque chose et non par l'appât du gain mais il est étonnant de constater que cette passion ne vous pousse pas à proposer ce qu'il y a de meilleur. De plus, je connais beaucoup d'éditeur pro qui sont aussi passionnés que vous et nettement moins méprisant envers la profession. Vous vous rendez compte que vous critiquez des sociétés, des gens, qui ont fait leurs preuves et que vous les critiquez au seul motif que ce sont des sociétés commerciales? Parce que selon vous, ils ne méritent pas d'exister s'ils n'ont pas la passion? Ou ils ne méritent pas d'exister parce qu'ils ne publient pas plus de yaoi?
Excusez-moi mais certaines maisons d'édition ont fait bien plus (et mieux) que vous pour la promotion du yaoi et, concernant Asuka, des maisons pas beaucoup plus anciennes que la vôtre. Les éditions H&O font dans la littérature gay et ils le font avec beaucoup de sérieux.

Personne n'est obligé d'acheter? C'est vrai. Mais ce n'est pas une excuse pour proposer un travail de piètre qualité.
Quant au terme "escroquerie", je l'utilisais pour qualifier ce projet, non pas le côté financier de la chose.
Et je reste estomaquée par le mépris dont vous faites preuve envers une profession dans laquelle vous avez quand même un pied.

En ce qui concerne mes remarques sur les auteurs et le comité de lecture, je m'en excuse - mais je suis désolée de dire que c'est vraiment l'impression que ça donne.

Vous avez la ferme intention de continuer? Tant mieux. Vous voulez progresser? Encore mieux. Je n'attends que ça.
Mais, par pitié, faites preuve d'un peu d'humilité (je me doute bien que ce n'est pas voulu, mais la passion ne justifie pas la prétention qui se dégage de votre message) et prenez les remarques que j'ai faites pour ce que je voulais qu'elles soient - une critique (constructive, croyez-le ou non) des points faibles des Editions Muffins.
Et je ne m'excuserai pas d'avoir été sèche dans mon premier post. Si vous trouvez que j'ai été sèche dans celui-là aussi, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 13:12

En tant qu'auteur et espérant avoir la chance de faire publier d'autres textes ici (si je suis sélectionnée, bien entendu), lire qu'il faut coucher avec Emilie - je traduis tes propos - pour être publié, c'est profondément humiliant. Je ne cacherai nullement connaître Emilie depuis un certain moment, et même lui avoir proposé de l'aider à améliorer le site et à créer une boutique en ligne (mais je suppose qu'elle se refuse à me faire travailler gratuitement). Cependant, en tant qu'auteur, bénéficier d'une promotion canapé me serait plus que désagréable, d'autant plus qu'à la base, je n'ai pas très confiance en moi. Donc, j'estime avoir le droit d'être jugée sur mes capacités et non sur mes liens d'amitié (uniquement virtuels, puisque je ne la connais que par le biais d'internet) de l'éditrice. J'ai déjà envoyé des textes à des maisons d'édition, j'ai des connaissances qui sont auteurs, je sais ce qu'est le refus, et même le refus humiliant et cruel, alors je suis tout à fait capable, à presque 22 ans, d'accepter le "non" d'une personne que je connais, sachant que ce n'est pas contre moi mais que mon travail n'aura tout simplement pas été apprécié par le comité. Je ne m'attends pas à avoir des rapports autres que professionnels, dans ce cadre précis. Le contraire me décevrait beaucoup. Car, encore une fois, comment avoir confiance en ses capacités (surtout quand on manque d'estime pour soi) si on nous accepte par copinage ?

J'aide d'autres personnes à monter leur petite maison d'édition (et non, ce sera sous forme d'association, pas d'entreprise, et non, nous n'aurons certainement pas les moyens - comme de nombreux autres petits éditeurs au début de leur existence - de diffuser largement nos livres, à notre grand regret), parce que nous voulons, amateurs de littérature fantastique/SF/Fantasy mais surtout vampirique aider ce genre à être mieux accepté en France. Il y a des tas d'auteurs de talent chez nous, pourquoi les refuser pour ne traduire que des auteurs anglo-saxon ? Beaucoup d'auteurs pourront confier leur aventure avec les "grands" et le mépris qu'on leur accorde, et la nécessité de se tourner vers les "petits". Je précise que je ne crache pas sur les "grands" mais hélas c'est une réalité qu'on ne peut nier. Tout comme il y a des "petits" qui profitent de nous (et vu ce que j'ai vu chez certains éditeurs, je peux te dire que Muffins n'en fait pas partie). Je pense qu'Emilie tient plus ou moins ce raisonnement : il y a des amateurs de BL, mais ni les maisons d'édition gay&lesbi, ni les maisons d'éditions normales ne voudront publier d'auteurs, donc au lieu de se plaindre, le cul sur sa chaise, autant agir concrètement (quitte à se casser la gueule mais au moins on aura agi).

J'ai pourtant conscience des faiblesses des éditions Muffins. Rien ne m'énerve plus que de trouver des fautes dans un livre étant passé à la relecture. De même, le problème de diffusion me contrarie (tout en connaissant d'autres "petits" qui ont démarré comme cela). Néanmoins, je pèse le pour et le contre. Je ne peux rien faire pour la diffusion. Cependant, étant auteur, j'estime qu'il est de mon devoir aussi de bien connaître la langue française et de ne pas hurler après le correcteur, qui aura laissé des fautes qui sont dues mon ignorance au départ. Et s'il en laisse, j'ose croire que c'est parce que la base en était truffée. Malheureusement, on verra toujours les erreurs restantes, pas ce qu'il y avait au départ. En tant que lectrice pour une maison d'édition, je sais aussi que de mon côté, je jette tout livre qui est bâclé sur le plan de l'orthographe, peu importe la qualité (mais la qualité suit rarement). Car j'estime que les correcteurs ne sont pas des esclaves nettoyant la merde et qu'un auteur, pour avoir un minimum de crédibilité, doit savoir écrire et surtout relire ou faire relire son texte par une connaissance avant envoie. Bien entendu, c'est cruel pour les nuls en orthographe mais soyons réalistes : le travail du correcteur n'est pas que de corriger mais aussi de vérifier tout un tas d'éléments. Plus il y a de fautes, moins il a la possibilité de se concentrer sur le reste, comme vérifier la fiabilité de certaines informations données (ça peut aller des dates historiques à vérifier qu'un mot comme ordinateur était bien employé à telle époque - il existe d'ailleurs un dictionnaire pour ça, je crois -).

Je suis par avance désolée si certains d'entre vous se sentent visés, c'est simplement mon point de vu en tant que lectrice de comité et les horreurs que j'ai vu passer. N'importe qui, par inattention, même le correcteur le plus avisé, peut se planter en oubliant pas exemple le circonflexe d'un dû mais, en tant que lectrice dans un comité, voir des fautes comme des infinitifs n'importe où ou des terminaisons de passé simple en lieu et place du participe passé, eh bien je peux comprendre que le correcteur qui ait à vérifier ça finit par en oublier. Car à côté, certaines fautes finiront par passer inaperçues.

Je ne dis pas que ça excuse les fautes mais ça offre peut-être la piste du "pourquoi".

Ayant travaillé avec les éditions Muffins sur la correction de ma nouvelle, ils m'ont donné l'impression de faire très attention aux fautes (et aux incohérences que j'avais oublié malgré mes nombreuses relectures), donc je ne saurais expliquer autrement, et j'en suis désolée, la présence de fautes, parfois ridicules, dans les textes.

Je précise que je ne m'estime pas "au dessus" et que je m'inclue dans le lot, car je suis certaine qu'il reste quelques fautes dans ma nouvelle (même si mes lecteurs m'ont dit que non). Cependant, ayant eu l'occasion de vérifier cela par moi-même au fur et à mesure de la correction, je m'estime à 50% responsable si des fautes ont été oubliées.

(note pour agrippine : j'ai écrit ce message avant ton second message ici, donc ne soit pas étonné(e?) si je ne réponds qu'à ton premier message)

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 14:14

Comme Roshieru, je suis contente qu'une telle maison d'édition ait été montée, sans elle, je pense qu'une première publication pour un de mes textes n'aurait pas été possible avant... longtemps ! C'est une aubaine pour nous autres jeunes auteurs qui souhaitons publier ce que nous faisons et qui, malheureusement, n'est pas ce qui est vraiment recherché par les maisons d'édition qu'on trouve le plus souvent. Si on écrivait du roman gay comme on en trouve déjà, ça serait plus pratique je pense, mais là, nos textes ont quand même une facette encore inédite dans le milieu du livre (même si j'ai déjà vu des bouquins qui auraient aisément pu être édités chez les Editions Muffins !), et le contexte passe très souvent pour quelque chose de peu crédible. Et pourtant, il y a pas mal de bons auteurs qui évoluent dans ce "milieu", ce serait dommage de ne pas en faire profiter un maximum de gens !

Après, pour tout ce qui est technique de marketing, de communication ou autre, ça ce n'est pas à nous autres auteurs de le juger. Alors bien sûr qu'on serait tous très contents de voir les titres de cette maison d'édition bénéficier d'une super pub sur le net, dans les magazines ou je ne sais quoi encore mais bon, là, personnellement, je ne dirai rien, c'est pas mon rôle de toute façon.

En ce qui concerne les fautes, coquilles et autres erreurs présentent dans les livres... Je suis assez partagée.
Bien sûr, les auteurs font des fautes, aucun d'entre nous ne se vante de ne pas en faire d'ailleurs, mais il est vrai que trop de fautes rend le travail des correcteurs et relecteurs plus difficile. Et c'est de là que le problème peut venir, un trop plein de chaque côté, sans doute.
Après, c'est vrai, les auteurs ne devraient pas "payer" le prix d'un trop plein de travail ou autre. Un auteur est sélectionné, à partir de là, c'est à la maison d'édition d'assumer son choix. Si l'auteur fait trop de fautes, la maison d'édition ne peut s'en prendre qu'à elle (bon, c'est un peu extrémiste mais bon...). Par contre, c'est aussi à l'auteur de faire un effort. On ne propose pas un texte comptant 15 erreurs/phrase en espérant décrocher un contrat immédiatement. Parce que même si l'histoire est sympa, si le style est plaisant, faut pas non plus abuser.

Agrippine, tu parlais des éditeurs qui s'éditent eux-mêmes. Je travaille dans une maison d'édition de guides touristiques. Bon, oui, on fait pas dans la littérature lol Mais nous avons des éditeurs qui ont travaillé dans de grandes maisons d'édition et apparemment, il est tout à fait possible qu'un éditeur se publie lui-même. La seule chose c'est que c'est en général assez mal vu dans le milieu. Ca veut souvent dire qu'aucune autre maison d'édition n'a voulu de ce manuscrit et donc, l'éditeur le publie lui-même.
Là je ne pense pas qu'on tombe dans ce cas, je pense que Mimi a voulu profiter de son activité pour se publier, comme elle l'aurait fait à compte d'auteur. Disons que c'est un compte d'auteur amélioré Razz Enfin, moi je le vois comme ça.

Pour finir, je comprends tout à fait ton "coup de gueule", Agrippine. Mais les Editions Muffins sont une petite structure, encore toute jeune. Un an c'est court pour avoir un aperçu des capacités de ce genre de structure, et surtout avec un tel thème. Beaucoup écrivent autour du Boy's Love mais tout n'est pas bon à prendre. Il faut le temps de faire des choix, et les bons, de tout mettre en place, etc.
Les Editions Muffins n'ont qu'un an, je pense qu'il faut attendre encore un peu pour pouvoir juger de son bon fonctionnement général !

En tout cas, c'est toujours très intéressant d'avoir des avis contraires face à ce type d'entreprise, je pense que toutes les critiques sont bonnes à prendre (comme toujours Razz), et je trouve d'ailleurs très bien que Mimi ait répondu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 14:40

Et comme toujours le simple fait de « répondre » à un message critique est interprété comme un refus de la dite critique… C’est lassant à terme. Très lassant.
Car je ne me rappelle pas avoir demander la moindre excuse o_O?
Comme il faudra m’expliquer à quel endroit je méprise les professionnels quand je ne parle jamais que de nous et nous seuls.

Nous ne sommes pas parfait alors le seul fait d’exister est une insulte à la profession ?
Et bien soit et amen !

Je prends chaque critique comme un montagne à abattre ! Moi et d’autres travaillons dur pour gommer tous ces reproches que l’on nous fait. L’assumer et ne cesser de le dire est interprété comme de la prétention et un rejet des critiques qui nous sont faites ?
Et bien à nouveau : soit et amen.

Je ne savais pas que c’était ignorer les gens et leurs avis et supprimer leur poste, que l’on attendait de nous, pour montrer notre humilité et ouverture d'esprit.

Concernant les fautes, je suis la première a juger cela INADMISSIBLE !
Je l'ai déjà dit et redit sur le forum, en d'autres postes.
Nous nous sommes fait "avoir" par un professionnel à nos débuts (dois-je mettre en ligne sa facturation et le travail in-accompli par cette dernière pour qu'on me croit ???) , nous avons chercher d'autres personnes pour nous aider sur les suivants. Mais il fait croire que PERSONNE n'a été capable de dénicher toutes les fautes de nos ouvrages. Alors encore une fois nous avons changé notre staff de correcteurs pour l'ouvrage à venir. Nous faisons des erreurs. Nous les assumons. Quelles qu'elles soient ! Le dire et agir pour ne pas les renouveler est la SEULE réponse que je peux donner.

Enfin, interpréter les motivations qui nous poussent à avancer et vouloir progresser, comme des critiques directes aux grandes maisons d’édition comme H&O ou Asuka, tous filiales de grandes sociétés, c'est…
Epoustouflant, je trouve o_o
Je ne savais pas que parler de son cas, égalisait à insulter les autres.

Alors oui, c’est sur qu’un groupe de 6/10 personnes toutes bénévoles au sein d’une société de 6.000 euros de capital, face à des sociétés comme Kaze Edition, propriétaire de la filiale daipen (Éditeur de revues et périodiques) au capital sociale de 200.000 euros et propriétaire entre autre de la marque Asuka (allez, en gros quelques milliers de personnes et 1 million d’euros de moyens), on va faire mieux et plus grand !
C’est évident.
Pourquoi ne l’ai-je pas affiché plus clairement dans notre accueil de site…

Bref, soyons raisonnable ! Ne me faisons pas dire et avoir des positions qui ne sont pas les nôtres !

Merci de nous laisser à notre place : à savoir une nano société qui fait de son mieux pour naître et proposer des ouvrages de qualité (pas encore atteinte comme nous l'aimerions) d'auteur inconnus. D'autant qu’à aucun instant, nous n'avons osé insulter et fausser nos clients en nous présentant à eux, comme des êtres parfais et imbus de nous-même

Enfin, à mes yeux, ce n’est justement pas une insulte envers les professionnels que d’attendre d’avoir des ouvrages au plus parfait pour réaliser nos démarches de distribution dans la cours des grands. Mais ça… faut croire que c’est trop évident pour être compris.

J'espère que l'année prochaine saura démontrer combien nous avons évolué ! comme je peux moi voir tout ce qui a pu être fait en cette première année d'existence.

_________________
mimimuffins


Dernière édition par mimimuffins le 20/9/2008, 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 14:59

De toute façon, quand on voit le travail totalement bâclé de certaines grandes maisons d'édition de renom, je pense qu'on peut donner une chance à celles qui débutent. Les erreurs de traduction et autres coquilles, ça, on en trouve à la pelle.

Agrippine, peut-être attendais-tu trop de choses d'une petite maison d'édition ^^ Je comprends tout à fait ta déception, mais en même temps, et tu le dis toi-même, tu espères la voir évoluer, donc tout n'est pas perdu ! C'est un peu à tout le monde de donner un coup de main pour tirer les Editions Muffins vers le haut, faire en sorte que les petites erreurs du début ne soient justement que des erreurs de début.
Si tout le monde ne disait que du bien de cette maison d'édition, là oui, ce serait hautement hypocrite et je pense qu'on serait en droit de se poser des questions, mais à voir les divers commentaires sur le forum, notamment sur le choix de certains ouvrages, on voit bien que nous n'avons pas affaire qu'à des fangirls prêtent à acheter le premier torchon traîtant de Boy's Love. Certaines personnes critiquent ouvertement, et avec intelligence, les choix, les erreurs.
Les Editions Muffins ont fait des choix judicieux : ce qui leur plaisait et ce qui plaisait dans le fandom. La forme viendra avec le temps.

Un tel projet ne peut pas plaire à tout le monde, c'est évident :)

Uhu, j'aime bien les débats Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myushi




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 16:26

Roshieru a écrit:
En tant qu'auteur et espérant avoir la chance de faire publier d'autres textes ici (si je suis sélectionnée, bien entendu), lire qu'il faut coucher avec Emilie - je traduis tes propos - pour être publié, c'est profondément humiliant.
La personne n'a pas dit ça. Elle a dit : Elle a l'impression que c'est une communauté de bonnes copines qui se publient entre elles et que les autres dit "inconnu" ne sont pas retenus.
C'est ce qu'elle pense... C'est tout Wink

Je rajouterais rien à ce qui a été dit, mais Agrippine, j'admire ton courage pour dire le fond de ta pensée ^^

Mais sache, que Mimi Yuy, ne fait pas de copinage, puisque je ne fais pas parti de la selection de la rentrée, et pourtant je suis une amie de cette dernière lol. Pourtant j'aimerai avoir la chance d'être publiée un jour.
Il faut comprendre que le choix est compliqué. Parfois, il y a des coups de coeur, un texte qu'on aime et qu'on rêve de lire en en bouquin et non en net. Mimi est partie de cette envie...

Après les histoires ont beaucoup de coquilles. Il est vrai qu'il est dur de tout trouver, surtout après une dizaine de lecture. Je pense que ce point va être amélioré...
Ensuite, les goûts et les couleurs ^^; ça ne se discute pas...
Je ne peux dire si les choix sont judicieux ou pas. Personnellement je n'aime pas le livre sur la rentrée. Mais d'autres ont aimés.
Par contre j'ai adoré "cygnes...". Et il n'a pas plus à d'autre !
En clair, la maison est un bébé. Laisse lui le temps d'apprendre à parler et marcher. Une fois cela fait, tu pourras dire si elle a bien grandi ou si elle est bonne pour la poubelle !

Enfin voilà mon avis tout du moins ^^

_________________



Dans le monde où le silence est roi, je prends ma plume et j'irradie de mes pensées cette obscurité...
(Myushi)
Ma collection Manga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agrippine




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 17:23

Une fois encore, je répète que je sais que les Editions Muffins n'ont qu'une année d'existence à leur actif, je sais qu'il faut du temps pour prendre ses marques et je sais que c'est la passion qui anime les membres de cette société. Je comprends également que le choix n'est pas facile et qu'il faut les assumer, ces choix, et les défendre. Et c'est un avis aussi personnel que le reste mais je suis déçue que les choix en question n'aient pas été plus judicieux (merci de ne pas rebondir sur cette remarque, j'ai un bouclier efficace, le célèbre truc des goûts et des couleurs... Très utilisé ici car tellement vrai au bout du compte).
Une fois encore, je suis curieuse de voir où vous en serez dans un an - car le potentiel est là, l'énergie est là. Et apparemment le travail et la volonté de s'améliorer le sont aussi alors prouvez-moi que j'ai tord (ce que je n'admettrais jamais car j'estime avoir mis au jour des points faibles que vous comblerez (ou pas) par la suite)!

Mimi Yuy, vous pestez parce que je m'attarde sur le manque de correction de vos livres, mais le travail d'un éditeur consiste également à relire le travail de ses collaborateurs et, si besoin est, de recadrer les choses. De plus, vous dirigez une petite structure indépendante dont le personnel n'est pas attiré par l'appât du gain (dixit vous-même), qu'est-ce qui vous empêche de repousser une sortie parce que vous n'êtes pas satisfaite du résultat?
Je me doute bien que vous ne pouvez pas voir toutes les fautes qu'il y a dans un livre, j'ai servi de correctrice à un traducteur professionnel et je ne les voyais pas toutes, mais si vous n'en voyez aucune posez-vous des questions. C'est quand même à vous de valider le résultat final, ce n'est pas au correcteur, ni à l'imprimeur, ni à vos associés (enfin je suppose, je ne sais pas comment vous fonctionnez).
Et s'il vous plaît, ne jouez plus à la victime sacrificielle ("Ah si c’est vrai ! Nous, nous sommes les méchants et devont donc tout prouver pour qu’on nous croit", "Pensez et jugez-nous donc autant que vous le souhaitez, je n’ai moi aucun compte à rendre à quiconque"). Vous n'êtes pas "les méchants qui n'ont pas le droit d'exister", vous êtes les "bébés" qui doivent grandir - ce n'est pas la même chose. Vous prétendez accepter les critiques, vous voulez vous défendre de celles qui vous paraissent injustes c'est une chose, mais ne faites pas comme si je vous persécutais! Je suis une lectrice exigeante, une libraire qualifiée, j'espérais que vous accepteriez des critiques visant à vous faire avancer (ce que vous faites, à votre rythme et avec passion, mais avec un sérieux qui laisse encore un peu à désirer (de mon seul point de vue de lectrice, je ne fait pas parti de votre équipe, je ne sais rien de ce qui se passe derrière la scène. Je peux seulement me baser sur le résultat final - je vous crois quand vous dites que vous travaillez d'arrache-pied, je vous crois quand vous me dites que vous faites de votre mieux, mais j'aimerais le voir également) et avec une certaine prétention).
Une fois encore, j'attends de voir la suite en espérant que vous me donnerez tord dans un futur plus ou moins proche.

J'ai utilisé plusieurs fois le mot prétention et je ne m'en excuserais pas - je ne sais pas si c'est volontaire mais c'est le ton de vos messages (qui me disent en gros que je n'y connais rien et que je ferais mieux de fermer ma bouche avant d'aller voir ailleurs!). De même, je continue de penser que vous avez fait preuve d'un mépris ouvert envers les éditeurs: "La patronne sait pertinemment qu’elle ne fera jamais l’unanimité. Imaginez donc ! Une autodidacte déclarée qui conduit par sa seule passion et non l’appât du gain un projet ambitieux alors qu’elle ne fait pas parti de cette population privilégiée et fermée qu’est le monde de l’édition !","Aussi, j’ose croire que le temps et notre travail sérieux et appliqué, prouveront au plus sceptiques que le monde de l’édition de qualité, n’est pas réservé qu’à une élite auto-proclamée."
Certes, les grosses maisons d'édition ont des défauts (je peux en citer un nombre impressionnant qui ne sont plus aussi attentive à l'orthographe que maintenant, des directeurs de collection incompétents et de mauvais imprimeurs) mais ce sont elles qui font vraiment bouger les choses. Votre société correspond à un besoin et, croyez-le ou pas, je suis contente qu'elle existe, je pense simplement qu'elle a encore beaucoup de chemin à parcourir. Et je continuerai de rester sur le bord de la route pour la voir faire ses premiers pas, faire ses premières dents et lâcher son premier juron.

Maintenant, peut-être est-il vrai que j'en demande trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 17:38

Citation :
De plus, vous dirigez une petite structure indépendante dont le personnel n'est pas attiré par l'appât du gain (dixit vous-même), qu'est-ce qui vous empêche de repousser une sortie parce que vous n'êtes pas satisfaite du résultat?

C'est fait, pour le second volume de OUF. Je ne sais plus si mimi l'a déjà dit sur ce topic ou ailleurs, mais elles l'ont fait. Parce que chacun a bien compris les critiques, qui ont déjà été formulées sur une autre partie du forum.

Je pense d'ailleurs que c'est pour ça qu'il y a un certain agacement palpable (et finalement naturel), car ceci a déjà été débattu en long et en large, et qu'il ne reste plus qu'à attendre le résultat.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 18:07

Citation :
qu'est-ce qui vous empêche de repousser une sortie parce que vous n'êtes pas satisfaite du résultat?

Vous voulez une réponse honnête ?
Pour nos derniers ouvrages : Il nous fallait absolument être prêt pour le Japan Expo !
Nous n'avons pas pour autant bâclé nos corrections et mises en pages des ouvrages, pour autant !!! Mais en revanche, on a surement manqué de recul dans nos relectures pour cette raison !
Cette contrainte passée, nous reculons justement sans cesse nos sorties pour optimiser le travail à mettre en œuvre !!
(Car non nous ne sommes ni sourd, ni aveugle, on prend Vraiment tous vos retours en compte)

Pour le reste : no comment
Si le peu d'auto-dérision glissée dans ma première réponse est évidement lu au premier degrés, je crois que ça ne sert à rien d'en ajouter.
Comme déjà dit, le fait de réagir à une critique est forcément interprété sur les forum comme un rejet de la dite critique alors qu'il n'en est rien.
De ce fait, je ne répondrais plus à aucune, cela prouvera peut-être plus efficacement que nous sommes humble et sérieux.

A l'année prochaine Wink

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magteb




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   20/9/2008, 23:00

Je connais Emilie depuis quelques années déjà.
Et franchement j'apprécie les efforts que tu fais. Avoir le courage pour partir dans cette aventure alors que le monde du yaoi est si critiqué en europe, alors que tu as d'autres occupations, je suis encore auourd'hui impressionnée.

Je ne sais pas si je vais écrire du yaoi de sitot mais j'aime lire tous les genre que je trouve. Et le yaoi en fait partie. Ce genre de maison d'édition n'existe pas en France. Que ceux qui ne sont pas contents passent leur chemin. Personne n'est obligé de lire ces livres.

J'attends tes prochains livres avec impatience et je ne pense pas en être la seule. Peu importe ceux qui veulent te barrer la route, vas-y. Nous tous te soutenons à 100% Razz

Courage tu n'es pas seule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troll des Bois




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   21/9/2008, 07:01

[center]...
Bah, tout d'abord, Agrippine, je pense de la même manière que Myushi...
Toutes mes félicitations pour ton courage, même si je ne suis pas toujours d'accord...

Je ne vais point argumenter sur toutes les remarques qui ont été faites, ça me prendrais des plombe et, tout a fait franchement...
J'ai pas le courage ! ^__- :flotte:

D'accord, il y a eu des erreurs. Mais si l'on n'en fait pas, comment progresser ?
Ils sont des "amateurs" ? Soit, je n'en ai cure... Je préfère des amateurs consciencieux faisant tout leur possible que des professionnel "haut-de-gamme" qui bâcle parfois leur bibliothèque...
Les ouvrage proposés sont de mauvaise qualité orthographique ? Et alors ? Personne n'est parfait, et j'ai déjà trouvé pas mal de fautes dans des livres d'auteurs autrement plus grands, sans vouloir insulter nos auteurs, tel que Robin Hobb, Tolkien, Pratchett et cie...

Bref, tout ça pour dire que, pour ma part, la seule chose dont j'ai besoin d'avoir connaissance, et c'est déjà une certitude, c'est le fait que les éditions, et donc son staff, ça va sans dire, surmontent les obstacles, apprennent de leurs erreurs, et surtout, qu'elles font de leur mieux ! ^__-

Donc, oui, il y a des faiblesses, mais les ouvrages restent quand même de bonne qualité pour le "niveau" actuel des éditions...

Pour les améliorations, je saurai être patient ! ^__-

mimimuffins a écrit:
Ce qui est dommage pour vous, c’est que nous sommes là pour encore trèèèèèès longtemps puisque ce n’est pas l’appât du gain qui nous motive !
Ben tiens !
J'espère bien moi ! ^__^ :geek:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin



MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   22/9/2008, 21:38

Parce que nous pensons que les deux parties ont eu la possibilité de s’exprimer librement et afin d’éviter que cela ne dérive en flood total (nous avons du supprimer les tous derniers messages qui devenaient complètement hors sujet), nous avons pris la décision de verrouiller cette discussion.

Si d’aventure vous souhaitiez toutefois réagir à votre tour de manière constructive, n’hésitez pas à contacter l’Admin qui vous rouvrira le sujet à la demande.

Ceci en attendant l’année prochaine, puisque rendez-vous semble avoir été prit entre les protagonistes.

_________________
Les Editions Muffins
http://www.leseditionsmuffins.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une maison d'édition?   Aujourd'hui à 17:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Une maison d'édition?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maison d'édition : Casa Editrice Alba(*)
» Nouvelle maison d'édition à Montluçon
» Appel à auteurs - Maison d'édition le bas vénitien
» Appel à auteurs - Maison d'édition le bas vénitien
» maison d'édition : envoi du contrat par courrier ou par mail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Editions Muffins :: Salon de discussions :: Bavardage-
Sauter vers: