Les Editions Muffins

Forum du site des Editions Muffins
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nom de marques et autres dans un texte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roshieru




MessageSujet: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 01:48

Je me demandais qu'elle était votre réaction, en tant que lecteur, de lire des noms de marques, ou alors des références à des groupes de musique, des auteurs, dans un texte littéraire.

J'ai remarqué que c'était relativement courant dans les pays anglo-saxons (notamment les séries et les films), que ça se faisait de façon totalement décomplexée (et parfois par intérêt), mais qu'une fois passé par la traduction, ces marques pouvaient être retirées (pepsi remplacé par soda), sans doute par crainte que le téléspectateur soit trop bête pour faire la part des choses.

Par exemple, trouveriez-vous que ce serait faire de la pub que de parler de la SNCF au lieu d'une "compagnie de train" (en même temps, en France, il n'y en a qu'une, donc c'est pas comme si j'incitais le lecteur à en choisir une pour une autre) ou bien que le personnage boive une marque de bière bien déterminée, ou encore écoute du Rammstein ? Personnellement, je trouve que ça ajoute du réalisme dans un texte contemporain mais en même temps j'ai commencé à hésiter alors que je plaçais quelques références dans mes textes en me disant que ça pourrait être mal interprété et vu comme de la pub (ce qui n'est pas du tout mon intention). Je ne dis pas de nommer par une marque chaque objet, du genre dans une description "il avait une télé sony et le lecteur blu-ray qui allait avec, et écoutait de la musique sur son ipod" mais par exemple qu'un personnage, dans une scène où il commanderait quelque chose dans un resto, demande un "pepsi" au lieu d'un soda. Je ne connais pas beaucoup de gens qui commandent du soda et généralement on leur demande s'ils veulent du "pepsi" ou du "coca-cola" s'ils disent ça. Pareil, je trouverait ça lourdingue de dire que tel personnage conduit "une voiture de sport luxueuse d'une célèbre marque" plutôt que de dire "ferrarri, jaguar, lexus...".

(je précise que je ne parle pas de faire l'éloge du produit, du groupe, de l'auteur cité... ce qui serait évidemment de la pub. Ni d'en dire du mal, ce qui me causerait des... problèmes)

Plus largement, j'aime bien glisser des références à la culture-pop (comme on le fait dans les séries anglo-saxonnes). Par exemple, dans une histoire que je suis en train d'écrire, j'explique que les étudiants comparent Nathaniel (pour ceux qui ont lu Macabres Illusions) à Rogue. Référence que je crois que tout le monde est à même de saisir et qui me semble naturelle dans le contexte (on est au 21ème siècle, presque tout le monde connaît HP, ce sont des jeunes qui ont sûrement grandi avec, alors rien de bizarre). Je trouve ce genre d'allusions rigolotes mais j'ai au final l'impression que c'est plutôt rare chez les français et que ça en gêne certains.

Oui, je sais, j'ai l'air de me prendre la tête pour rien mais j'ai l'impression que c'est une pratique qui est souvent mal perçue en France, qu'on vous soupçonne tout de suite d'avoir été payé (alors que dans le langage courant, certaines marques perdent même leur connotation, comme le papier aluminium qu'on appelle souvent papier Albal ou l'essuie-tout appelé souvent Sopalin en France ou Scottex en Belgique). Peut-être que j'ai une mauvaise perception des choses, ceci dit. Donc, voilà, en tant que lecteur, est-ce que vous trouvez que ça peut apporter au réalisme de l'histoire ou bien ça vous ferait brûler le livre ?

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 03:14

Ce n'est pas quelque chose qui me choque à lire me concernant
Au contraire, je suis de celle qui apprécie cette part de réalisme dans un texte. Cela permet d'ancrer au plus vraie, un personnage.
Maintenant tout dépend aussi et avant tout du contexte.
Des histoires modernes, s'y prête, d'autres pas du tout.
C'est plus une question de cas par cas pour moi.

Maintenant, dans le genre, la marque à prit le pas sur l'objet, il y a des mots bien plus "flagrant" que ceux cités. Le plus important et courant étant je pense le "frigo" qui fut la première marque à commercialiser les réfrigérateur. Des marques devenu usuelles de ce type, il y en a partout.
Ca devient juste lourd et pesant quand c'est parfois trop appuyé comme dans un film de James Bond...
Mais là encore, c'est une question de perception. Ce n'est pas ca qui va me pousser à consommer ces choses. Et finalement, qu'on le veuille ou non, nous vivons tous avec des marques autour de nous, alors pourquoi pas nos personnages de roman, série ou de film ?

Après, pour ceux qui se poseraient la question, en droit français, sachez que la citation de marque (ou l'évocation du nom d'une personne connue) est autorisé dans un texte publié sans l'autorisation de ses ayant droits, à la conditions que cette citation ne porte pas atteinte à son intégrité (en gros votre assassin peut boire un Coke, mais on ne peut affirmer avec conviction, que boire cette boisson rend les gens nazi... ou tout du moins sans la permission de la coke compagny). Une limite que je juge somme toute normale

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 09:05

Très intéressant ce topic ! Parce que j'avoue aussi que des références à des marques, groupes ou autres font tout de suite plus vraie.
Frigo, comme le disait Mimi, c'est totalement rentré dans le langage courant.
Dans un de mes romans, Comme un jour d'Hiver, j'ai intégré 2 ou 3 chansons. J'ai cité les groupes, les titres, etc. sans vraiment savoir si on avait le droit vraiment libre de le faire.
Merci donc pour ces précisions, Mimi ! Je saurai que je peux utiliser des références de ce genre sans soucis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 10:34

personnellement, ça me choque moins dans un bouquin que dans un film ^_^
Si tu marques que le héros prend un coca, tout de suite, l'image apparait dans la tête des gens et les aident à se mettre dans la scène. Idem pour la voiture, si ça peut aider de citer le modèle, pourquoi pas ?
Ensuite, j'ai un peu de mal avec les textes d'une chanson balançée en entier comme ça dans un roman ou une nouvelle.
Pour tout ce qui compse le caractère d'un personnage qui sera récureent ou principal, ça me semble logique de donner ses goûts au lecteur pour qu'il s'approprie ou qu'il le connaisse mieux.
après il y une différence entre dire "X aimait boire de la vodka avec ses amis" et "X aimait boire de la vodka Smirno*** avec ses amis", la deuxième phrase est moins neutre. Par contre "X aimait boire de la vodka avec ses mais. Après plusieurs gueules de bois carabinée, sa marque préférée était la Smirno*** - à boire avec modération - car il la digérait mieux....", là ça ne fait pas trop pub, on sent plutôt le vécu et ça montre que le perso fait souvent la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 13:30

Raphaelle B. a écrit:
Ensuite, j'ai un peu de mal avec les textes d'une chanson balançée en entier comme ça dans un roman ou une nouvelle.
Moi aussi... lol Mais comment faire pour rendre le moment vrai quand la scène veut qu'on "l'entende" ? Du coup, j'ai été obligée de les intégrer. J'aime pas, en général je trouve que ça casse le rythme, mais bon... comment faire autrement ? ^^;

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenel




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 15:20

Sujet très intéressant auquel je vais m'empresser de répondre.

C'est effectivement un sujet qui me tiens à cœur et sur lequel je fais d'ailleurs régulièrement des remarques.

Concernant les marques de produits, je n'ai rien contre si, comme dit précédemment, il n'y a aucune volonté de "faire de la pub".

Par contre pour ce qui est des paroles de chansons, de l'apparition de groupes musicaux ou encore d'auteurs et de styles littéraires c'est une autre histoire.

Je vais sans doute avoir des difficultés à vous faire passer ce que je ressens sur ce sujet.

Si j'ai pu m'insurger contre l'apparition de "Harry Potter" "Collection de manga" "appelle moi Sempai" et autres c'est parce qu'en lisant un roman ou une nouvelle, j'aime sortir de l'univers que je qualifierais de "fermé" du Yaoi pour entrer dans celui plus "sérieux" du Boy's Love.

Comment m'expliquer...

Je n'ai pas une image négative du yaoi mais il faut l'avouer, la plupart des personnes aimant le yaoi et qui s'investissent dans la rédaction de fanfiction ont plus ou moins le même profil:
- jeunes filles
- fan de visual
- fan de GW, HP, Clamp, Kaori Yuki et j'en passe.

Je ne condamne en aucun cas ce profil, étant moi même passée par là et ne pouvant affirmer en être sortie.

Cependant, j'avoue ne pas mettre le "Yaoi/Fic" et le "Boy's Love/ Roman publié" dans le même panier.

Je m'attends à quelque chose de différent, à, quelque part, un univers plus mur, moins "kyaaa rogueee je t'aiiiime, Hiiii Heeroooo mon amouuuuur".

Et malheureusement je retrouve trop d'éléments "fic" dans certaines œuvres publiées et cela me gêne.

Je ne suis pas certaine d'être compréhensible...

Comprenez-vous ce que je tente désespéremment d'expliquer ? -_-

Gwenel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 15:31

Lenamei Aoi a écrit:
Raphaelle B. a écrit:
Ensuite, j'ai un peu de mal avec les textes d'une chanson balançée en entier comme ça dans un roman ou une nouvelle.
Moi aussi... lol Mais comment faire pour rendre le moment vrai quand la scène veut qu'on "l'entende" ? Du coup, j'ai été obligée de les intégrer. J'aime pas, en général je trouve que ça casse le rythme, mais bon... comment faire autrement ? ^^;


Tu mets un petit morceau de la chanson, le passage le plus parlant ou tu intercales entre plusieurs paragraphe.
si les gens connaissent la chanson, rien qu'un petit bout les mettra dans l'ambiance. Si les gens ne connaissent pas, je ne pense pas qu'ils aillent l'écouter (en tout cas, moi je ne le fais pas ^^); Je me rappelle que dans une fic, j'avais carrèment conseillé à mes lecteurs de mettre un morceau en fond sonore pour écouter un passage bien précis. :sunny:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 15:47

Ah bah ça va alors, c'est ce que j'ai fait, calé les couplets entre du récit Razz
Par contre, oui, je vais peut-être penser à mettre les adresses Deezer des chansons lol Ca montrera mon goût pour les vieilles choses...

@gwenel : rah, tu exprimes ce que je me tues à dire depuis je sais pas combien de temps ! Very Happy Copine lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 17:56

Citation :
Si j'ai pu m'insurger contre l'apparition de "Harry Potter" "Collection de manga" "appelle moi Sempai"

Pour le dernier exemple, je peux comprendre, c'est totalement décalé (quoique, je connais des gens qui parlent comme ça, hélas, ça se voit que t'a jamais vu certains premières années de japonais qui bandent presque d'avoir pu écrire Dragon Ball en katakana et au blanco sur leur sac noir, ou les visualettes en folie, ou les gens qui comme moi affichent fièrement leur sac "i love yaoi", ah non en fait je suis toute seule _O_). Je ne connais que trop de textes "amateurs" qui usent et re-usent de termes japonais, parfois mal utilisés, et c'est assez usant (pourtant, je fais du japonais). La seule chose que je m'autorise de mon côté, c'est éventuellement le -kun ou le -chan quand cela peut vraiment avoir une utilité (en sachant que certains romans les conservent aussi, notamment dans les diminutifs comme Sato-kun pour Satoshi). Dans un contexte purement nippon, je précise.

Par contre, pour le reste des exemples, je suis pantois (ou pantoise, ça rime avec toise) ! Peut-être est-ce parce que je n'ai pas le contexte, parce que là, comme ça, je n'y vois absolument rien de dérangeant. Je me dis juste : "tiens, le personnage aime HP et les manga, comme beaucoup de jeunes aujourd'hui, so what ?".

Je ne vois pas le rapport entre utiliser une référence de culture-pop (d'Harry Potter au X-men en passant par MM) et les textes amateurs. Par exemple, je regardais avant hier un épisode de Torchwood et il y avait une référence directe à Mulder et Scully. Torchwood étant une série parlant aussi d'extraterrestres (la référence humoristique tombe donc à point nommé). En plus, je trouve que cela contribue à rendre les personnages plus tangibles, parce qu'ils connaissent des choses que nous connaissons aussi et parce que les spectateurs auront eux-même fait la comparaison avec X-files. Il se développe une sorte de connivence entre le personnage qui parle de Mulder et Scully et le spectateur. Un peu comme : "ah oui, toi aussi, tu l'as remarqué ?".

Par exemple, si tu fais un personnage de geek/nerd à l'image d'Andrew ou d'Alex dans Buffy, comment éviter que ce personnage parle à longueur de journées de Star Trek ou s'imagine être Skywalker face à Dark Vador dès qu'il rencontre le méchant, ou encore passe son temps sur WOW ou alors à lire des comic (oui, ça existe même en France) ? On se fiche même, à ce moment là, que le lecteur comprenne tout, parce que les autres personnages eux-même ne saisissent sans doute pas 80% de ce qu'il raconte et donc le lecteur partage leur sentiment d'incompréhension et de désespoir.

Après, qu'on se comprenne bien : je ne dis pas d'utiliser des références à chaque dialogue, ni n'importe comment, juste quand la psychologie du personnage si adapte. Par exemple, je n'imaginerais pas Nathaniel parler de HP ou de Buffy parce qu'il n'a pas la télé et ne lit pas ce genre de choses. Pas seulement parce qu'il est "vieux" en tant que fantôme mais aussi parce qu'il ne cherche pas particulièrement à s'intégrer à la vie moderne. Dès lors, que Brigit le compare à Casper et qu'il ne comprenne pas de quoi elle parle, ça illustre parfaitement le nœud du problème. Il ne peut pas s'étonner de la technologie car il la connaît malgré tout dans son ensemble mais il n'a pas les mêmes références culturelles et échoue donc à communiquer sur la même longueur d'onde avec les autres.

Sinon, Yaoi, Boys Love, c'est quasiment la même chose. Le Yaoi est du Boys Love, tout le Boys Love n'est pas du Yaoi. La différence, c'est le degrés de cul. Si tu écris un roman érotique Boys Love, ça sera aussi du Yaoi, même si tu t'appliques à faire un vrai roman et pas une fanfic. Par contre, si tu écris un Boys Love sans cul, ça ne sera pas du Yaoi. Le Yaoi désigne aussi les productions amateurs mais pas seulement.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harue YA




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 18:09

Pour tout ce qui est musique, je ne peux pas dire, je ne sais pas comment ça fonctionne.

Pour ce qui est pub' dans un roman, ça ne me choc absolument pas, comme dit plusieurs fois, ça donne une sorte de réalisme au livre et ça nous permet de rentrer plus dans le sujet. Tant que la pub est utilisé dans le bon context. Parler de soda ou de coca dans un texte qui se veut médiéval... Et tant que ce n'est pas spécialement pour faire de la pub non plus. Personnellement je préfèrerais mettre que mon personnage va dans un fast food, qu'au McDo ou au Quick, qu'il prend un hamburger steack et fromage que le bigmack je sais pas quoi.
Ce sont des choix, après, je pense que les maisons d'édition on aussi leur réserve, peut-être préfèreront-elles changer Coca par Soda.

Par contre pour ce qui est pub à la TV ou au cinéma, c'est tout simplement par pur financement. Une marque appareçant dans une scène paye. Ce pourquoi moi ça a fini par m'amuser de voir ça dans les films. On se dit, tient, ce film est en partit financé par tel marque.
Pourquoi cela est changé lors de la doublure, je ne sais point, ça me paraît même bizarre que la marque qui a payé pour avoir sa pub permette un changement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 18:17

Je crois que c'est à cause du CSA. Les chaînes ont peur de se faire engueuler si elles laissent Coca-colla ou Jaguar dans une phrase, donc elles demandent aux adaptateurs de changer. C'est un peu pareil pour les injures et les allusions sexuelles, qui ont tendance à être adoucies par prévention (j'ai vu ça pour Buffy).

En tout cas, c'est ce que j'ai lu une fois dans un texte à ce sujet écrit par une personne proche des milieux télévisuels (hélas, je n'ai plus le loin). Les chaînes préfèrent l'auto-censure plutôt que d'attendre de voir si le CSA va réagir.

Du coup, ça peut donner des scènes bien ridicules du genre :
"qu'est ce que tu bois ?"
"une limonade" (et là tu vois que le gars tient du Pepsi dans la main XD)

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   19/9/2008, 21:49

Les lois de la citation de marque diffèrent entre le monde de l’édition et le monde de l’audiovisuel.

- A la télé, montrer ou parler d’une marque hors pub, coûte une certaine « somme » de pénalité au diffuseur car cela est interdit pour « éviter » les publicités cachées !
Pourquoi ? Car le temps de publicité est limité et chronométré en France.
X minute pas heure de moyenne et pas une seconde de plus.
Parlé d’une marque hors espace pub autorisé, c’est donc « violer » la loi et par ce fait suivi d’une amende, même s’il n’y avait aucune volonté de pub derrière. C’est pourquoi, dans une série française, on ne verra jamais de coca & co à l’inverse d’une production US, car les « loi » du csa ne porte que sur les productions made in France

- Dans un magasine (genre Femme Actuelle & co), il est possible de parler de produit en donnant leur nom et marque, pour comparer et donner son avis. Même si ce n’est pas toujours de la pub, c’est autorisé. Car il n’existe aucune limite de % dans le rapport « pub – création » pour un ouvrage. On peut vous vendre un catalogue 100% publicitaire, c’est permis ! (Et ça se fait même à la Fnac : 2euros le catalogue de pub pour leur sélection de livres pour enfants… no comment)
Bref, tant que l’on ne porte pas atteinte à l’intégrité du produit en mentant ou diffamant sans preuve à son sujet, tout est autorisé sur papier !

Enfin il y a une frontière entre citer une marque ou le nom de personnes connues et reproduire des paroles de chanson !

Dans un cas, il s’agit d’une propriété morale (nous sommes propriétaire de notre nom, et une société, dite personne morale, est propriétaire de sa marque), nous devons à ce droit ce qui se résumera basiquement parlant au « respect » quand on la cite.

Dans l’autre, il s’agit d’une propriété intellectuelle (nous sommes propriétaire d’une création artistique qu’elle qu’en soit sa forme). De ce fait, il n’est pas autorisé de reproduire sur une œuvre, celle d’un autre sans son accord préalable durant toute la durée légale de ses droits (pour la majorité des cas et des pays c’est jusqu’à 70ans après la mort du primo ayant droit)


Tout ça pour dire que les paroles de chanson d’un tiers, n’ont pas leur place dans une œuvre originale ! Ou alors il faut prévoir qu’obtenir les droit de reproduction de ces paroles peut vite devenir impossible voir trop coûteux !
Autant dire que pour un jeune auteur, c’est inutile d’ajouter ce poids en plus dans son texte, puisque cela a pour conséquence plus habituelle de réduire l’envie d’un éditeur de se compliquer la vie avec ça en plus !
Il existe bien un « droit » de citation d’une œuvre (comme dans un manuel de français, une étude… etc…) Mais la frontière entre citation et reproduction en France n’est pas statué en pourcentage de caractère. C’est une notion subjective dont l’analyse reste à la charge du juge chargé de trancher. Autant dire que dans le doute, vaut donc mieux s’abstenir ou se limiter aux grands poètes du siècle dernier !

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenel




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   22/9/2008, 23:17

Roshieru a écrit:
Par contre, pour le reste des exemples, je suis pantois (ou pantoise, ça rime avec toise) ! Peut-être est-ce parce que je n'ai pas le contexte, parce que là, comme ça, je n'y vois absolument rien de dérangeant. Je me dis juste : "tiens, le personnage aime HP et les manga, comme beaucoup de jeunes aujourd'hui, so what ?".

Alors que pour moi c'est une source de désagréments évidente!
So what ? et bien WTF pourquoi devrait-on tous et toutes subir le "comme beaucoup de jeunes aujourd'hui" ?

Il est exact que parfois, il est agréable de se dire "Tiens! le personnage a les mêmes goûts que moi/mes amis/ des gens que je connais" mais à force, cela peut être extrêmement lassant.

Ce n'est pas parce que j'aime tel ou tel univers littéraire ou artistique que je suis heureuse de le retrouver dans mes lectures. Tout simplement parce que j'aime m'évader et oublier ce qui, pour moi, est "habituel", j'aime, en lisant, découvrir un nouvel univers que le miens ou que celui qui m'est familier de par mes relations.

De plus, vu la 'population' présente ici (culture yaoi/fanfics) je m'attends à ce genre de références et je suis donc d'autant plus déçue quand je les retrouve. Comme un certain manque d'originalité.

Roshieru a écrit:
Sinon, Yaoi, Boys Love, c'est quasiment la même chose. Le Yaoi est du Boys Love, tout le Boys Love n'est pas du Yaoi. La différence, c'est le degrés de cul. Si tu écris un roman érotique Boys Love, ça sera aussi du Yaoi, même si tu t'appliques à faire un vrai roman et pas une fanfic. Par contre, si tu écris un Boys Love sans cul, ça ne sera pas du Yaoi. Le Yaoi désigne aussi les productions amateurs mais pas seulement.

Au sens strictement littéraire et culturel, je n'en doute pas, tu sembles beaucoup plus au point sur le sujet que je ne le suis ^^

Cependant, je parlais d'une "définition" plus 'personnelle'.
Je réitère donc : pour moi, le Yaoi est un monde 'fermé', tournant autour de la culture nippone vue par les français et confinée à, pour ne citer que les plus courants "GW, HP et autres"
Alors que le Boy's Love est une vision plus globale, plus ouverte, dans lequel je m'attends à plus de maturité et moins de clichés.
Alors effectivement, c'est tout à fait propre à ma façon de penser.

Lenamei Aoi a écrit:
@gwenel : rah, tu exprimes ce que je me tues à dire depuis je sais pas combien de temps ! Copine lol

Ah! Voila qui me fait bien plaisir, dès fois j'ai l'impression d'être une espèce en voie d'extinction! Je copine donc avec plaisir ^_-

Gwenel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   23/9/2008, 00:18

A la fois, je comprends ton point de vu, mais en même temps, il me paraît étrange. Disons qu'en me mettant à ta place, je saisis en quoi cela te gêne mais, de par ma propre expérience, je n'y vois vraiment rien de gênant (oui, je ne pouvais pas faire moins alambiqué). Sauf dans l'exemple que j'ai cité, avec les mots japonais par exemple.

En fait, je pense qu'il faut séparer une référence conçue dans le but, par exemple, d'enrichir une situation et celle qu'on fait parce qu'on ne peut pas s'empêcher de laisser ses goûts transparaître (dans le cas du japonais, généralement parce que c'est à la mode). En fait, il faut voir si c'est pertinent. Dans un but comique, par exemple, ou pour caractériser un personnage, ça l'est. Après, si c'est gratuit, crois bien que moi aussi cela me gêne.

Concernant le débat Yaoi/BL, même si je n'emploie pas les termes de la même manière, je vois ce que tu veux dire. Ce qui est marrant, c'est que durant longtemps, je me suis refusée à la fanfiction (même si j'ai découvert le Yaoi/BL par ce biais), parce que j'avais un peu dans l'idée que c'était inutile et mal écrit (et que donc ce que je ferais serait forcément inutile et mal écrit aussi), puis j'y suis venue avec le manga Viewfinder, parce que j'étais inspirée et que j'avais envie de raconter une histoire (et qu'il n'y avait pas à l'époque de fanfiction en français). Ceci dit, je trouve la fanfiction toujours inutile (surtout que les critiques sont rarement constructives, les gens peut demandeur de qualité tant que tu mets de la fesse, donc tu auras beau faire plein d'efforts pour faire un truc bien, très peu le remarqueront).

Au fait, pourquoi je raconte cela, moi ? Je me le demande.

Enfin bref, vu que beaucoup d'auteurs de Yaoi en viennent à faire du BL (ou font l'inverse comme moi), je pense que c'est normal (mais regrettable de ton point de vu) de retrouver certains clichés du Yaoi. D'autant plus en sachant que dans leur pays d'origine, les deux sont identiques, et ne le cachons pas, commercial (donc beaucoup d'histoires, comme pour Harlequin, sont sur le même moule pour ne pas déstabiliser le public de base).

Maintenant, il n'y a pas qu'une façon de faire du BL (ou du Yaoi), donc certains auteurs resteront attachés aux codes (pourquoi pas ?), d'autres se ficheront d'avoir un seme et un uke, etc... Il faut juste attendre de trouver le style qui nous plait en sachant que ce n'est pas parce que c'est estampillé BL qu'on aura forcément ce que l'on cherche.

C'est comme les romans gay, tous ne se ressemblent pas non plus (y en a même qui, si on retire la crudité de certaines choses, sont tout aussi culcul et clichés qu'un Yaoi _O_ mais, chut, faut pas le dire, il paraît que c'est faux).

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenel




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   23/9/2008, 22:54

Roshieru a écrit:
En fait, je pense qu'il faut séparer une référence conçue dans le but, par exemple, d'enrichir une situation et celle qu'on fait parce qu'on ne peut pas s'empêcher de laisser ses goûts transparaître (dans le cas du japonais, généralement parce que c'est à la mode). En fait, il faut voir si c'est pertinent. Dans un but comique, par exemple, ou pour caractériser un personnage, ça l'est. Après, si c'est gratuit, crois bien que moi aussi cela me gêne.

Merci de transcrire en langage universel ce que je me tue à expliquer à ma façon ^_-
Et malheureusement je trouve rarement que ce genre de référence "enrichisse une situation".

Roshieru a écrit:
Ceci dit, je trouve la fanfiction toujours inutile (surtout que les critiques sont rarement constructives, les gens peut demandeur de qualité tant que tu mets de la fesse, donc tu auras beau faire plein d'efforts pour faire un truc bien, très peu le remarqueront

Oui c'est un aspect de la fanfiction qui me rebute également (même si j'avoue y avoir participé il y a déjà pas mal d'années). Inutile je n'irais pas jusque là car certaines rares fictions sont tout simplement merveilleusement écrites (j'espère que Mimi se reconnaîtra). Mais il y a prolifération de fic "salut-ça-va-on-baise-fin" qui me retournent l'estomac.
Arf c'est fou le nombre de Hors Sujet que l'on peut produire à nous seules!
Mais sujet intéressant : qu'attend-on d'une fanfiction ?

Affaire à suivre ? ^^

Gwenel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   23/9/2008, 23:29

J'ai bien envie de continuer le HS parce que le sujet le vaut bien ^^

Je suis comme vous, les références à n'en plus finir sont très lassantes. Et ça traduit très souvent une sorte de volonté d'affirmer son appartenance à un groupe bien précis de personnes.

Exemple (et je ne vise personne, hein) : j'aime Harry Potter donc je l'intègre à un texte.
J'ai pris cet exemple parce que c'en est un très parlant pour moi. Pourquoi intégrer cette référence qui, de nos jours, est vraiment flagrante ? Certes, c'est un phénomène très répandu, ça on ne peut pas le nier, et c'est bien, ça change des influences télévisées de séries à 2 balles. Mais... ça me donne toujours l'impression d'une envie d'appâter le lecteur, une envie de le convaincre, de le faire adhérer.
Bon, j'ai rien contre HP, qu'on se le dise. Je connais beaucoup de gens qui en sont fans, j'ai vu les films et j'ai bien aimé (non, j'ai pas lu les livres par contre).
En fait, c'est un peu comme si je faisais une référence à un groupe de visu si j'écrivais une histoire avec des personnages faisant de la musique (ce qui a été le cas, pour les persos faisant de la musique, pas pour la référence au visu, heureusement lol). On pose clairement un repère qui vise une communauté bien précise. Après, je dis pas que c'est bien ou mal, je ne juge pas ce genre de choses, je dis juste que je trouve ça soûlant. Ca fait très "je suis de ceux-là donc je n'ai pas d'autres références" même si, j'en suis certaine, ça peut être faux. Aimer HP, par exemple, ne veut vraiment pas dire qu'on ne connaît que ça.
En fait, ça me donne une impression de facilité.

Et pour dire quelques mots sur la fanfiction (Gwenel, ce serait super que t'ouvres ce topic !), là par contre, je suis plus incisive. La fanfiction, c'est souvent du grand n'importe quoi. On en trouve de bonnes, heureusement, tous les auteurs de fanfictions n'écrivent pas des inepties, mais... avouez que c'est rare.
Je suis incapable de faire de la fanfiction, donc je ne parlerai pas de la "technique" pure, mais reprendre des personnages existants pour leur faire faire des idioties complètement hors sujet, je trouve ça un peu rabaissant pour l'auteur d'origine. Quitte à prendre des persos existants autant respecter un peu leur psychologie. Les délires, je dis pas, au contraire.
Caser 2 personnages ensemble parce que c'est un fantasme collectif aussi, ça me dérange pas tant que ça, j'aime beaucoup les DJ Kakashi x Iruka de Boura Naono par exemple, mais c'est du second degré, c'est du pur fantasme totalement irrationnel (si on peut, à la base, parler de rationalité lol). Mais monter de grandes théories selon lesquelles tel et tel personnages ont toujours été amoureux et en plus réussir à expliquer ces sentiments en casant des situations on ne peut plus improbables au sein de l'oeuvre originale, excusez-moi...

Bref, euh... voilà pour ma participation au HS ^^; Et d'ailleurs, Gwenel, tu viens de me rappeler que j'avais aussi aimé les fanfics de Mimi lol C'était dans les premières que je lisais, il y a quelques années, elles m'avaient beaucoup plus ! (notamment celle de Yami... j'avais trop aimé ! lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   24/9/2008, 00:03

Pour la fanfiction, je répondrai sur le topic en question si vous créez un sujet (vu que nos messages concernent aussi le reste du sujet, je ne peux pas les déplacer comme ça pour en créer un nouveau ^^).

Pour les références, de toute façon, on peut débattre éternellement là dessus, ça reste du cas par cas au final.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saitoo




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   7/1/2010, 02:49

Mais on n'a pas besoin de pays ou autre ? Moi personnellement je trouve que les auteurs qui ne mettent pas de non et qu'il sous entende le produit sont vachement intelligent car c'est galère de toujours mettre par exemple pour coca cola "boisson gazeuse" tout en évitant les répétition du terme. Ça demande du boulot et réflexion. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nom de marques et autres dans un texte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nom de marques et autres dans un texte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Espaces dans un texte justifié
» mots à caser dans un texte poème ou prose
» 1ere ou 3eme personne dans vos texte
» Comment insérer une photo dans un message ?
» Grégory Pons dans le texte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Editions Muffins :: Salon de discussions :: Le coin des écrivains-
Sauter vers: