Les Editions Muffins

Forum du site des Editions Muffins
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
admin
Admin



MessageSujet: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   5/9/2008, 21:01

Karen Merveille.
Auteur de « Macabres Illusions » , une nouvelle du recueil « La Rentrée ».


* Comment êtes-vous venu au yaoi ? Quelle est votre vision de ce genre si particulier ?
Je ne me souviens pas avoir eu un jour un avis négatif envers l'homosexualité. Par exemple, lorsque j'étais adolescente, j'adorais le couple formé par Tara et Willow dans Buffy et je lisais principalement les romans d'Anne Rice pour l'ambiguïté de ses personnages. De même, je ne voyais pas ce qu'il y avait d'étrange à inclure des personnages bisexuels dans mes premiers écrits. Bien entendu, c'était tout de même moins flagrant qu'aujourd'hui et assez naïf. J'étais plus jeune. De ce fait, je suis venue naturellement au yaoi (ainsi qu'au yuri) lorsque j'en ai entendu parlé, durant mes années de lycée (je devais avoir 16 ou 17 ans). J'ai eu une phase où je ne lisais plus que ça, mais elle m'est passée et je suis devenue beaucoup plus sélective quant aux titres que je lis.
On dit souvent que le yaoi n'est pas un genre réaliste, donc qu'il ne peut pas intéresser le lectorat gay (alors qu'il y a de plus en plus de lecteurs masculins qui se manifestent sur les forums dédiés) mais je pense que cela dépend surtout de la sensibilité du lecteur, des thèmes qui le touchent, de ce qu'il recherche dans un livre (ou un manga). Pour faire une comparaison plutôt judicieuse puisque l'on reste dans la romance, certaines femmes se retrouvent dans les Harlequins, d'autres (comme moi) non. Donc je pense que certains lecteurs (homme ou femme) pourront se retrouver dans le yaoi, d'autres non. Il faut aussi noter que si beaucoup d'oeuvres yaoi sont effectivement dans les clichés du genre (uke, seme, etc...), cela ne signifie pas que tous les mangas yaoi se ressembleront réellement ou useront des clichés. Des œuvres comme « Crimson Spell » de Yamane Ayano ou « Otona No Mondai » (problèmes d'adultes) de Ima Ichiko sont radicalement différentes, l'un étant un pur divertissement avec ce qu'il faut d'érotisme et exploitant les clichés, l'autre traitant des relations d'un fils et de son père gay, et des déboires de ce père gay avec son amant. Qui plus est, il ne faut pas commettre l'erreur de croire que le yaoi se limite à ce que publie Tonkam (le médiocre « Gakuen Heaven »...) ou Asuka (même si « Le jeu du chat et de la souris », un ladies à la base, sort du lot). C'est à cause de l'image que l'on a du genre, qu'une série comme « Love Me Tender », publiée par un magazine yaoi au Japon (le même que « Gravitation ») et traitant, entre autre, du travestissement et de la transexualité, se retrouve en France dans une collection « jôsei » (pour femmes adultes). Je suppose que l'éditeur jugeait que c'était trop "intellectuel" pour des lectrices de yaoi, contrairement à « Gravitation »... Honnêtement, ça me fait de la peine car plein de lecteurs de yaoi doivent passer à côté de ce manga, qui leur est pourtant destiné...

* Quelles sont vos influences artistiques, vos sources d’inspiration ?
Elles sont assez éloignées du yaoi. En matière de romans, je voue une grande admiration à Terry Pratchett et à sa série du « Disque Monde ». Je n'ai jamais autant ri que devant un livre de Pratchett et il manie les mots à merveille. J'apprécie aussi l'œuvre de Robert E. Howard (« Cona »n, entre autre), l'un de ceux qui a jeté les bases de l'heroic fantasy. Il y a aussi, bien entendu, Anne Rice. « Memnoch le démon » m'a particulièrement marqué et c'est elle aussi qui m'a redonné goût à l'écriture, après un passage à vide durant mes années de lycée. J'ai aussi récemment découvert Clive Barker. Il y a bien entendu d'autres auteurs (notamment japonais) que j'apprécie mais la liste serait un peu longue.
Il y a ensuite les séries télévisées. Je regarde principalement des séries de fantastique et de SF, tel que « Buffy », « Angel », « Star Trek » (DS9 étant ma déclinaison préférée), « Farscape », « Torchwood », etc... mais aussi des séries plus proches du thriller et du policier, comme « Dexter » et « Re-genesis ».

* Avez-vous fait des études de lettres ?
J'ai fait un bac littéraire où les cours de philosophie étaient ennuyeux à mourir et j'effectue une licence de japonais bien plus passionnante. J'apprécie les cours de littérature japonaise mais parfois j'ai l'impression que ma tête va exploser tant les analyses de romans peuvent aller loin. C'est d'un tout autre niveau que les cours du lycée où je luttais contre le sommeil. Par moment, je regrette de ne pas avoir fait une carrière scientifique, dans la recherche, par exemple, mais s'évanouir durant les cours de dissections en biologie est plutôt mauvais signe, non ?

* Depuis quand écrivez-vous ? Comment travaillez-vous ?

J'écris réellement depuis l'âge de 13 ans, plus ou moins (j'étais alors en 3ème). Avec les jeux vidéo, cela me servait d'exutoire vis-à-vis de mes problèmes à l'école. Avant ça, j'avais fait quelques essais mais rien de véritablement sérieux. Les trucs qu'on gribouille quand on est gamin...
Ma méthode de travail doit paraître assez ignoble aux yeux de certains auteurs bien plus organisés : je commence des tas d'histoire en même temps car ma tête fourmille d'idées, je n'en termine que la moitié et je ne fais jamais de plans pour déterminer le déroulement de l'intrigue. Fort heureusement, j'ai une excellente mémoire, du moins pour ça, et depuis que j'ai commencé à écrire des fanfics, je commence à mieux me discipliner, car je me force à finir toutes mes histoires. Oh, et aussi, j'ai tendance à pommer la psychologie de mes personnages ou à oublier des détails. Il faut que je me force à faire des fiches...

* Que vous procure le fait d’écrire ?
Si je ne sortais pas de ma tête toutes les histoires que j'ai dedans, je crois que je deviendrais folle. Non, sérieusement, c'est plaisant mais en même temps éreintant, car une fois qu'on a écrit une histoire, il faut corriger, encore corriger et, oh, devinez quoi, corriger. Et même quand vous corrigez, il y a encore des fautes. Ce n'est jamais terminé. Même lorsque c'est publié, je n'ai jamais le sentiment d'avoir terminé. Si je pouvais encore corriger « Macabres Illusions » pour l'améliorer, je le ferais volontiers.

* Comment est né l’histoire publiée par les Editions Muffins, ses personnages…
C'est assez compliqué... Un roman concernant des personnages qui ne sont pas présents dans la nouvelle m'est venu à l'esprit après la terminale. L'influence d'Anne Rice était très présente (devinez pourquoi...). Mais ce roman est parti en eau de boudin (du très beau boudin de sang), donc j'ai écris une novella à partir de ces mêmes personnages, novella que vous verrez peut-être un jour... Toujours à partir du même univers, j'ai commencé à imaginer des histoires courtes dont le héros serait toujours le même : Nathaniel, le fantôme exorciste. J'ai repris ce personnage pour « Macabres Illusions » mais en le rendant bien plus antipathique, afin de créer un contraste avec les autres protagonistes. Enfin, en voyant le thème de la rentrée pour l'AT, une idée sans aucun rapport a commencé à germer dans ma tête. Je me demandais ce qui se passerait si une personne vivant une NDE (ou EMI - Expérience de Mort Imminente, en français) revenait avec des pouvoirs particuliers, notamment la capacité de voir les esprits... C'est comme cela que Gabriel est né. J'ai eu envie de lui rajouter quelque chose de personnel, en lui donnant une phobie scolaire. J'ai moi-même eu ce problème, bien que les raisons soient entièrement différentes. Les personnages de Brigit et de Marc ont été assez simples à créer. Je vois Marc comme un homme fort, sur lequel Gabriel puisse se reposer de temps en temps, mais qui ne vienne pas constamment à son secours (de toute manière, je déteste les caractérisations de type uke/seme). Brigit apparaît comme la meilleure amie typique dans la nouvelle. Je n'ai pas pu la développer comme je le souhaitais... Ce n'est pas la seule chose que j'ai du "couper" pour entrer dans la limite de caractère. Mais par la suite, elle gagnera un rôle bien à elle.

* Pourquoi ce titre ?
Au début de l'histoire, Gabriel ne sait pas s'il est victime d'hallucinations ou si ce qu'il voit est réel. C'est aussi en lien avec les pouvoirs des fantômes.

* Avez-vous rencontré des difficultés dans vos démarches auprès des éditeurs ?
Oui et non... Durant mon adolescence, j'ai osé envoyer mon premier roman (de fantasy) à des éditeurs. Je vous laisse imaginer les réponses. Ce n'est qu'en 2007 que j'ai osé franchir à nouveau le pas. J'ai proposé une histoire pour le fanzine Monk et celle-ci a été refusée, fort heureusement serais-je tentée de dire (c'était médiocre). Ensuite, j'ai tenté l'appel à texte des Editions Muffins. Cependant, je ne crois pas pour autant que tout est acquis. A l'avenir, j'aurai bien des refus à essuyer.

* Avez-vous déjà travaillé avec d’autres maisons d’édition ? Quels ont alors été vos précédents projets professionnels ?
J'ai eu l'occasion d'écrire des articles pour le premier numéro de « Manga 10000 images » des Editions H, consacré au yaoi, et j'ai aussi deux chroniques pour le deuxième. Je suis encore étudiante, alors je n'ai pas vraiment eu le temps, ni l'opportunité de faire plus. En ce moment, j'aide les éditions du petit caveau, un projet d'Ambre Dubois entre autre. J'ai notamment réalisé le design du site et je lis aussi les manuscrits reçus.

* Qu’est-ce qui vous a conduit à travailler avec les Editions Muffins ? Quelle est votre vision sur la maison d’édition ?
Les Editions Muffins me paraissaient plus accessibles. Envoyer un texte où un ou plusieurs personnages sont homosexuels ou bi n'est pas évident, même de nos jours. Si on met de côté la qualité du texte lui-même (qui peut expliquer un refus), certaines maisons refuseront car ces personnages les gênent, d'autres parce que vous êtes une femme écrivant sur des hommes et que vous devriez vous contenter des lesbiennes ou des hétéro. Je ne dis pas que toutes les maisons d'éditions sont comme ça, fort heureusement, mais on ne sait jamais par avance qui va lire le texte et certaines maisons d'éditions peuvent envoyer des retours très... décourageants (on est loin de la gentille lettre type des grands éditeurs). Et quand on reçoit plusieurs lettres comme ça, comment ne pas avoir envie d'abandonner ? Avec les Editions Muffins, j'étais certaine de pouvoir écrire ce que je voulais, mais aussi que mon texte soit jugé pour ses qualités et non pour la sexualité de ses héros.
Je pense que les Editions Muffins sont une chance pour les auteurs de yaoi et j'espère que les fans le comprendront et achèteront les différentes œuvres publiées, surtout quand on voit que tous se plaignent sur les forums de ne pas avoir assez de yaoi en France. Comme je le dis souvent : un jour, c'est peut-être vous que les Editions Muffins auront l'occasion de publier, alors soutenez-les.

* Avez-vous d’autres ouvrages en cours, sous le clavier ou le crayon ? Avez-vous un scoop à nous confier sur votre prochain roman ?
Je travaille sur deux projets. L'un est un projet de fantasy basé sur le tout premier roman que j'avais écrit et envoyé à des éditeurs lorsque j'étais plus jeune, l'autre est tout simplement la suite de Macabres Illusions. J'ai déjà achevé la première nouvelle et elle prendra place dans un recueil, la seconde est en cours d'écriture. Plutôt que d'écrire un roman, je préfère travailler sur des histoires courtes mais qui dévoilent au fur et à mesure un fil conducteur (un peu comme les épisodes d'une série télévisée) jusqu'à l'épisode final. J'ai assez d'idées d'histoires pour deux volumes, je pense.
Par contre, ces suites s'annoncent plus horrifique que Macabres Illusions. Donc si vous n'avez pas aimé l'ambiance de Macabres Illusions, il est certain que vous n'allez pas aimer la suite...
Comme je suis lente à écrire, ça risque de prendre un peu de temps, hélas...

Interview réalisée le 26/06/2008

_________________
Les Editions Muffins
http://www.leseditionsmuffins.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   6/9/2008, 21:39

bonjour Karen,

j'ai vraiment hâte de lire la suite de macabres "illusions", ça a été un de mes coups de coeur du recueil. J'ai cru trouver des influences de buffy et de véronica mars. J'imagine bien ton récit sous forme de série.
D'où ma question: es-tu fan de série télé et si oui lesquelles ?
autre question: quel est ton roman préféré de Pratchett ?
perso, c'est Pyramides Wink

en tout cas, bonne continuation ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   6/9/2008, 22:11

Citation :
j'ai vraiment hâte de lire la suite de macabres "illusions", ça a été un de mes coups de coeur du recueil. J'ai cru trouver des influences de buffy et de véronica mars. J'imagine bien ton récit sous forme de série.

Je ne connais pas Veronica Mars, même si j'ai souvent lu que c'était un peu un Buffy sans le côté surnaturel.

Citation :
D'où ma question: es-tu fan de série télé et si oui lesquelles ?

Je crois qu'il y a déjà la réponse dans l'interview mais pour détailler un peu, je suis fan de Buffy et Angel, et je regrette que ces deux séries aient été aussi maltraitées pour leur diffusion française (que ce soit pour la traduction infantile de Buffy ou la diffusion désordonnée et censurée d'Angel sur TF1). En ce moment, j'achète les comic book qui font directement suite mais je suis un peu déçue par celui de Buffy... En matière de SF, Star Trek est sans aucun doute ma franchise favorite, même si bizarrement je n'ai toujours pas vu la première série. J'apprécie Star Trek DS9 pour les thèmes qu'elle développe, même si elle ne fait pas consensus chez les fans (beaucoup plus sombre que le Star Trek Classic, si tu connais Battlestar Galactica, ce n'est pas si éloigné, même si le contexte est totalement différent).

En ce moment, j'ai eu un très gros coup de cœur pour Doctor Horrible Sing-Along Blog, une courte websérie musicale de Joss Whedon (et d'autres dont je ne retiens pas les noms). Ça raconte en chanson les déboires d'un super-vilain raté. Il désespère après avoir présenté par accident la fille de ses rêves à Captain Hammer, le super-héros du coin. Malheureusement, je ne crois pas qu'elle sortira un jour en dvd en France, donc pour l'obtenir en dehors des circuits illégaux...

Citation :
autre question: quel est ton roman préféré de Pratchett ?

J'ai beaucoup aimé les Ch'tits hommes libres, un roman destiné aux enfants se déroulant dans le Disque Monde mais aisément lisible par un public adulte (à part l'héroïne plus jeune, on retrouve vraiment l'humour de la série et le traducteur a de nouveau fait un excellent travail). Après, je n'ai pas vraiment de tomes préférés. Par contre, celui que j'ai certainement détesté était les Zinzins d'Olive-Oued. Mais il faut dire qu'à l'époque, je ne saisissais pas la moitié des références (notamment à Lovecraft). Quoiqu'il en soit, au regard du nombre de volumes que compte la série, j'ai eu vraiment très peu de déception concernant cet auteur.

Par contre, ce qui est amusant, c'est que Pyramides a justement était le premier Pratchett que j'ai lu ! Je devais avoir 13 ou 14 ans (peut-être moins, je ne sais plus du tout).

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   6/9/2008, 23:46

Roshieru a écrit:
[En ce moment, j'ai eu un très gros coup de cœur pour Doctor Horrible Sing-Along Blog, une courte websérie musicale de Joss Whedon (et d'autres dont je ne retiens pas les noms). Ça raconte en chanson les déboires d'un super-vilain raté. Il désespère après avoir présenté par accident la fille de ses rêves à Captain Hammer, le super-héros du coin. Malheureusement, je ne crois pas qu'elle sortira un jour en dvd en France, donc pour l'obtenir en dehors des circuits illégaux...

j'ai eu la chance de le voir le court laps de temps où il a été visible sur le site et j'ai adoré !! je suis assez fan de ce que fais Wheedon, tu as vu le film firefly ?

si ce n'est pas trop indiscret, vers quoi tu voudrais que ta licence de japonais te mène ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harue YA




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 00:11

Tu penses faire publier la suite de ta nouvelle chez un éditeur ou alors sur le net ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 02:14

Citation :
Si ce n'est pas trop indiscret, vers quoi tu voudrais que ta licence de japonais te mène ?

Je pensais prendre l'option FLE (une option de L3 japonais) afin d'avoir une ouverture vers l'enseignement du français à l'étranger mais je crains fort que mes cours ne correspondent pas avec ceux de FLE, destinés à toute la faculté. Donc pour le moment, je reste sur la traduction (et donc l'option de renforcement en japonais), en sachant que j'espère avoir les capacités de poursuivre jusqu'au doctorat. Maintenant, si j'ai une opportunité intéressante après la licence, ou le master 1, je ne passerai pas à côté, quitte à reprendre mes études plus tard.

Comme j'ai toujours été une littéraire, j'envisage aussi la correction. Je fais quelques fautes moi aussi mais, par expérience en la matière, il est plus facile de voir les fautes d'autrui que les siennes...

Après, ça dépendra vraiment des opportunités. Il est possible que je fasse tout autre chose (caissière à Auchan...).

Citation :
Tu penses faire publier la suite de ta nouvelle chez un éditeur ou alors sur le net ?

Comme j'ai publié la première histoire ici (Macabres Illusions), c'est évidemment aux Éditions Muffins que je proposerai ce recueil. S'il n'est pas pris pour une raison X, Y ou Z, je protégerai le texte et je mettrai sans aucun doute cette suite gratuitement sur le net, à moins que je n'utilise un site comme Lulu pour m'auto-éditer (mais la méthode me déplait). Comme je ne pourrai pas inclure Macabres Illusions, je ne pourrai malheureusement pas proposer ce livre à un autre éditeur (même si je connais quelqu'un qui a changé d'éditeur pour le second volume de sa série, ce n'est pas simple pour le lecteur de suivre).

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 13:10

Ouh là que de séries inconnues pour moi o_o

Pour l'avenir dans la traduction, je pense qu'il doit vraiment y avoir matière quant on voit l'essor des œuvres nippones publiées en France, que ce soit en manga, roman ou jeu vidéo !

Sinon tu dis écrire la suite de Macabres Illusions, comme une succession de Nouvelles à l'image d'une série de plusieurs épisodes.
Est-ce que ça signifie que dans tes rêves les plus fous (sans prendre en compte la connotation que ce soit facilement réalisable) tu aurais aimé voir à terme cet univers à la télé au réel format Série ?
Et en ce cas aurais-tu déjà fait son casting parmi des acteurs que l’on pourrait déjà connaître ?

Et dans la même idée, n'as-tu jamais essayé de t'aventurer dans l'écriture de scénario pour des séries télés ?
J'avoue qu'il me tarde que de nouveaux auteurs réussissent à faire leur trou dans l'univers télévisuel francophone //où les "Navaro" et autres pales copies des séries US comme RIS (transfuge des Experts) font encore force de loi -_- //pour nous régaler de leurs créations ^__^x !!
Mais j’imagine que ce milieu est tout aussi difficile d’accès que celui de l’édition -__-

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 14:16

Citation :
Est-ce que ça signifie que dans tes rêves les plus fous (sans prendre en compte la connotation que ce soit facilement réalisable) tu aurais aimé voir à terme cet univers à la télé au réel format Série ?

Je pense que tout le monde en rêve un peu, non ? Donc la réponse est oui.

Et là je vais déborder de ta question même si tu m'as dit de ne pas prendre en compte que...

Mais en imaginant que cela arrive (et je ne pense pas que cela arrivera), je ne vois pas comment cela pourrait être adapté de façon fidèle, surtout pour la télé française. Il suffit de voir l'état de notre cinéma d'horreur. Quelques films sanglants et c'est tout. Je ne dis pas que ces films sont mauvais (ce n'est pas du tout ça que je reproche), simplement qu'il y a beaucoup moins de films d'horreur tournés en France qu'en Asie ou aux Etats-Unis. Je suppose que les producteurs préfèrent financer les comédies... Donc, pour une série diffusée à le télé, je ne vois pas comment cela pourrait se faire sans couper dans le vif. Quand on sait que Torchwood, qui est loin d'être gore, a été tronçonnée sur toutes les chaînes où elle a été diffusée, que les quelques décapitations d'un Angel ont été coupées par TF1 (en même temps, quelle idée de passer cette série à l'heure où les enfants rentrent de l'école !), que même Lost a été retouché...!

Bref, réalisable, oui, sans aucun problème, mais pas en de bonnes conditions. Pas en France, en tout cas. En Angleterre ou aux Etats-Unis, je ne dis pas, mais pas ici. Donc, est-ce que je le ferai, même si on me le proposait et que j'en rêve : non. Sauf si la situation change entre temps ou alors que l'éditeur me force la main. sourire

Citation :
Et en ce cas aurais-tu déjà fait son casting parmi des acteurs que l’on pourrait déjà connaître ?

Oui et non. J'ai pensé à l'acteur de Sawyer (j'ai oublié son nom, encore une fois) pour Marc et je verrais bien Cillian Murphy dans le rôle de Nathaniel, même si une amie me dit que mon choix est discutable. Après, je ne dis pas que tel personnage ressemble à tel acteur. Surtout que les lecteurs ont certainement leur propre avis sur la question.

Citation :
Et dans la même idée, n'as-tu jamais essayé de t'aventurer dans l'écriture de scénario pour des séries télés ?

Ce que je vais dire va rejoindre mon explication plus haut mais les chaines ne veulent pas prendre de risques. Le public français est majoritairement acquis au policier, pourquoi se préoccuper des genres bâtards comme le fantastique, la fantasy, la SF, l'horreur...? Chez nous, les genres de l'imaginaire déclenchent toujours un certain mépris, pas chez les critiques, mais chez nos "intellectuels". Une honte quand on sait que nous avions l'un des premiers auteurs de SF, Jules Verne. Franchement, si tu espères voir un jour une série française vraiment innovante, pas un copié collé de l'étranger ou un énième machin policier, il ne reste plus qu'à espérer qu'une chaîne comme Sci Fi, branche du Sci Fi américain, se penche sur nous. Ils ont déjà quelques productions maisons et bien française (des émissions) mais comme Sci Fi France exporte chez nous leurs séries (Farscape, les déclinaisons de Stargate, Battlestar Galactica...) et en diffuse d'autres (la saga Star Trek), je ne crois pas que cela se fera... Parce que pour eux, il est plus lucratif d'importer que de créer.

En clair, ce n'est même pas la peine d'y penser si tu n'écris pas des trucs bien lisses et carrés, comme aime le public de TF1, ou que tu n'es pas une série américaine ultra connue.

Être publiée par une maison d'édition, c'est du gâteau à côté. Notre télé est castratrice. Écrire des scénario ne m'intéresse donc pas. Je n'ai pas envie d'être politiquement correcte, d'être dans le cadre. Si j'ai envie d'écrire une histoire horriblement gore avec des cannibales, je n'ai pas envie qu'on me dise "oh mais, ça va choquer notre public habitué à Navarro".

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 15:09

C'est sur que notre pays n'est pas le plus facile d'accès pour les œuvres télévisés qui sortent de "notre" ordinaire.
Reste toujours le coté animation... peut-être un poil plus ouvert.
Je ne dis pas que leurs histoires sont fantastiques ou innovantes, mais les producteurs de DA comme "Martin Mystère" (sorte de scoubidoo français) tendent quand même à prouver qu'ils font des efforts pour sortir des "Bob l'éponge" et autre DA bêtifiant...
Mais c'est sur qu'il y a encore un monde à traverser même sur ce support.
Quant à avoir une chance qu'on nous diffuse seulement les séries étrangères non censurée -__- Ca semble tenir de l'utopie dans nos contrées ^_^'''
Il est donc vrai que ce genre de support mettant en plus en scène un fond boys love, ça semble irréaliste au possible.
Reste à envisager de faire traduire nos œuvres pour tenter la même aventure chez les anglo-saxons... Mais là pour le coup, seuls les bilingues auront leurs chances ^_^''
Peut-être pourras-tu, toi, envoyer tes œuvres au japon si tu atteins le niveau nécessaire pour ce faire grâce à tes cours ^_^x
Ca me semblerait le summum de la réussite tongue

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweety Lily




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 15:16

Je n'ai pas encore acheter le recueil, j'attends d'avoir d'autres livres à acheter pour cela, et je n'ai donc pas lu votre nouvelle ^^' Ce qui est dommage, car une fois que je l'aurais lu, j'aurais surement des questions à poser, mais bon...
En fait, je souhaiterait juste intervenir par rapport au "fantasme" de voir ton recueil (?) adapté en série télévisé et je dirais que je suis totalement d'accord avec vous.
En fait, je suis au lycée et je suis en classe de cinéma (et c'est encore plus dur d'être scénariste aux Etats Unis qu'ici). Pourquoi croyez-vous que quasiment aucune série soit fini?
Le principe est très simple, dans ce milieu : un grand nombre de scénaristes travaillent sur une même série et il faut qu'à chaque épisode, l'intrigue soit relancée, dès qu'il y a un mystère élucidé, un autre apparaît. Et bien sûr, en fond, une histoire d'amour qui ne sera "réalisée" qu'à la Xème série.
J'en oublie sûrement, mais je pense que vous avez compris l'idée.
Et tout cela, pour que la série s'arrête dès que l'audience sur les chaînes américaines où elles passent baissent.
Les séries ont pour seul but de ramener du pognon, et je pense que les histoires macabres ou même homosexuelles pour femme ne sont pas assez vendeuses.

Pour les films, c'est à peu près la même chose à quelques différences près : on as plus de chances (même si elles sont minimes) de voir son film un jour sortir. Mais il faut avoir des contacts (pareil pour les séries, tu me diras), une histoire très vendeuse. Et si un jour par chance un producteur accepte de publier notre histoire, il y a plus de chances que ce ne sorte pas en salle (juste en dvd au mieux ou que cela passe sur M6 à 13h30), que l'histoire soit changée un maximum, que les acteurs jouent mal et que les décors, costumes soient nuls, plutôt que cela gagne la palme d'or à Cannes. Même si ça arrive très souvent (qu'un film à petit budget rafle la palme).

Je pense que nous pouvons déjà être heureux que les Editions Muffins existent. Il faudra encore attendre un très très long moment avant de pouvoir rêver à plus. Malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harue YA




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 16:21

Et sans forcement aller jusqu'à la TV, une adaptation en BD ? Je pose juste la question. Parce qu'adapter à la TV est vrai, difficile en france ou alors comme dit plus haut, saccagé pour rentrer dans un moule bien façonné pour ne pas heurter la sensibilité. Mais la BD, certes ce n'est pas très actifs comme un film, mais ça peut-être sympa?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 18:40

Citation :
Et sans forcement aller jusqu'à la TV, une adaptation en BD ?

Si je trouve un bon dessinateur, écrire un scénario pour un tel support me plairait. Le problème, c'est que je n'ai pas de dessinateur dans mon entourage, si ce n'est parmi mes connaissances internet, hors travailler sur internet n'est pas évident (notamment pour choisir le chara design des personnages... expliquer par écrit, c'est dur).

Je dessinais moi-même il y a longtemps (je voulais faire de la BD au départ) et je dessine encore un peu mais je n'ai pas le niveau pour ça. Entre l'écrit et le dessin, j'ai fait mon choix. De temps en temps, je dessine quand même les personnages de mes histoires. Celui-là, c'est Virgile, l'un des protagonistes de mon recueil de fantasy :



Je ne compte pas faire de dessins pour Macabres Illusions et ses suites.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harue YA




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 19:02

Tu dessins plutôt bien. Au moins tu as le coup pour les ombres et les proportions. ^-^

Pour ce qui est de l'adaptation, il est vrai que c'est plus simple d'avoir la personne avec soit pour convenir de la totalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 20:28

Roshieru a écrit:
[:
Je ne compte pas faire de dessins pour Macabres Illusions et ses suites.

en parlant de ça, que penses-tu des dessins que ta nouvelle a inspiré à la talentueuse illustratrice Aline Brunell (moi, fan ? non Wink )
Ca correspond bien à ta vision de tes persos ?
je trouve le strip humoristique de ta nouvelle une des plus marrants avec celui de "premier chapitre" et "des princes charmants"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   7/9/2008, 20:56

J'ai beaucoup aimé le strip (c'est d'ailleurs la première chose que j'ai été voir). Pour les dessins, je crois m'être déjà exprimée ailleurs sur le forum. Ce n'est pas forcément le style que j'aurais choisi au départ (cela n'a rien à voir avec le talent d'Aline, je précise, simplement j'aurais opté pour un style réaliste plutôt que manga) mais j'ai aimé découvrir mes personnages sous sa plume. Sur la couverture, je trouve Gabriel parfait. Son expression est comique mais en même temps je trouve qu'elle correspond bien au personnage. La saynète est très dynamique et la situation résume très bien l'histoire. J'ai apprécié qu'elle n'ait pas fait de Gabriel un uke dans l'illustration intérieure, c'était en fait ma plus grande crainte (par uke, j'entends un garçon trop féminin et fragile, ce qu'il n'est pas même si son attitude dépressive pourrait le laisser croire dans l'esprit du lecteur).

Comme j'ai eu dû mal à donner des indications sur mes personnages (surtout Gabriel, en fait) et que j'ai commis l'erreur de ne pas trop les décrire dans la nouvelle, j'imagine que la tâche ne devait pas être simple...

En même temps, certains lecteurs trouvent que les descriptions de personnages trop précises tue l'imagination. Je crois qu'ils ne connaissent pas le calvaire de ceux qui essayent de les dessiner sans savoir s'ils sont blonds, bruns ou roses.

(je pense qu'avec ce topic, je ne fais pas défaut à ma réputation de "miss post de 10km de long" _O_)

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corenn




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   8/9/2008, 21:35

Est-ce que tu compte réutiliser Gabriel comme personnage récurrent de la série, ou n'a-t-il "pris la vedette" que pour la nouvelle du recueil ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   9/9/2008, 21:30

Tous les personnages de Macabres Illusions seront présents et leur passé sera développé (dans le premier ou le second volume). Quelques autres personnages apparaîtront.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   9/9/2008, 22:14

On en parle souvent quand on parle écriture et ça reste une question très personnelle : la relation entre les personnages et l'auteur.
Les avis sont très partagés mais qu'en penses-tu ? Les personnages reflètent-ils toujours leur auteur ? Est-ce que tu as besoin de t'identifier totalement, partiellement ou peux-tu faire des personnages totalement, et donc en tout points, différents de toi, ou d'une partie de toi ?

Bon, en toute logique, les personnages, sauf dans une autobiographie intègre, sont vraiment fictifs, ils ont des caractères qui leurs sont propres, je dirais, mais préfères-tu les faire totalement différents de toi ou pour écrire, as-tu besoin qu'ils te ressemblent, même un tout petit peu ?

Et par rapport à cette question, si bien sûr tu donnes à tes personnages un aspect de toi, quel aspect de ta personne, de ton caractère, préfères-tu mettre en avant, en général ?

Disons que ce qui m'intéresse, c'est l'élaboration des profils psychologiques des personnages, et des relations qui en découlent ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   9/9/2008, 22:49

Les personnages reflètent-ils leur auteur et l'auteur a-t-il besoin de cela pour écrire ? Oui et non.

Parfois, je m'inspire de certaines choses pour créer un personnage (pas forcément les meilleures choses). Dans le cas de Gabriel, il a pour point commun avec moi d'avoir une phobie scolaire et je me suis aussi inspirée de problèmes relationnels que j'ai eu au collège et au lycée (le fait qu'il soit gay dans ce cas précis est accessoire même si les lecteurs penseront évidemment le contraire, les autres auraient pu le faire souffrir pour n'importe quoi d'autre). Brigit, quant à elle, a sans doute hérité de mon attrait pour le surnaturel et la parapsychologie. Je pense que nous devons aussi avoir les mêmes goûts musicaux.

A l'inverse, je me suis rendue compte en écrivant que Gabriel et Brigit avaient des relations compliquées avec leurs parents (oui, je sais, vous n'avez rien vu pour cette dernière). Le lecteur pourrait alors croire que je souffre moi-même de pareille situation mais ce n'est pas le cas. Il s'agit simplement d'un ressort dramatique. On a tendance à moins s'intéresser aux personnages qui ont une vie parfaite, car il ne leur arrive jamais rien. Marc n'a aucun problème avec ses parents et je pense que si j'écrivais une histoire centrée sur Marc et sa famille, le lecteur s'ennuierait vite car il ne se passerait jamais rien.

Un auteur met parfois des choses personnelles dans ses personnages, car on puise aussi dans son propre vécu pour imaginer des situations romanesques. Maintenant, dire que chaque personnage reflète le caractère, le vécu de l'auteur ou que l'auteur a besoin de se retrouver en eux pour écrire est pour moi faux, car nous écrivons de la fiction et prenons aussi plaisir à créer des protagonistes qui nous sont opposés, notamment par défi de les mettre en scène de façon cohérente. Si ce n'était pas le cas, que penser des auteurs qui mettent en scène des psychopathes, y compris comme héros ? Je dirais à leur famille de commencer à s'inquiéter.

Concernant l'auto-biographie ou même la biographie, il est faux de croire que l'auteur respecte scrupuleusement la psychologie de ses "personnages réels" (ou même la sienne). Parce qu'il y a toujours un morceau de parti pris et que rien ne l'empêche de mentir. On peut être un tyran, par exemple, mais choisir de se montrer sous un jour agréable. Il faut donc se méfier de ce genre de livres qui se couvrent du manteau de la vérité.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   9/9/2008, 23:30

Roshieru a écrit:
Concernant l'auto-biographie ou même la biographie, il est faux de croire que l'auteur respecte scrupuleusement la psychologie de ses "personnages réels" (ou même la sienne). Parce qu'il y a toujours un morceau de parti pris et que rien ne l'empêche de mentir. On peut être un tyran, par exemple, mais choisir de se montrer sous un jour agréable. Il faut donc se méfier de ce genre de livres qui se couvrent du manteau de la vérité.

Et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai beaucoup de mal avec les autobiographies ! J'arrive pas à me dire que les auteurs ont pu être objectifs. Comment parler de soi en prenant un recul tel que l'on devient un simple spectateur de sa propre vie et de son histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
padfoot




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   10/9/2008, 14:49

Après avoir fini le recueil "la rentrée" je tenais à donner mon avis sur chaque nouvelles.

Personnellement, je ne suis pas fan du genre "noir" si je puis l'appeler ainsi et sans offenser l'auteur mais j'avoue qu'en découvrant au fil des pages l'histoire de Macabres Illusions, j'ai été très positivement surprise. Petit à petit, je me suis attachée aux personnages et en finissant la nouvelle je dois avouer que je suis restée sur ma faim. J'aurais aimée en savoir plus sur le "après", sur l'évolution de la relation entre Gabriel et Marc et bien entendu sur ce personnage si mystérieux qui fais partit des méchants pas bô mais qui aidera Gabriel lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charlieaudern




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   10/9/2008, 15:55

Du meme avis que Padfoot.

J'attends donc la suite si c'est possible :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   26/11/2008, 20:46

Je ne sais pas si j'en ai le droit mais je cours le risque de subir les foudres du tout puissant aux pépites chocolatées *o*

J'inaugure mon compte fictionpress avec la mise en ligne du début de mon projet de fantasy (j'ai dû l'évoquer quelque part). Je vais essayer d'écrire un (gros) chapitre par mois. Comme je sais où je vais, ça devrait aller. N'ayez pas peur de donner votre avis, c'est fait pour ça (ceux qui n'ont pas de compte fpress peuvent le faire aussi). De toute manière, ce n'est qu'une version de travail et j'ai bien conscience que c'est bourré de défauts Laughing

Hormis cela, la suite de Macabre illusion avance bien. La seconde nouvelle porte le titre temporaire d'Incubus Crush, la troisième en cours d'écriture Les dieux de la mort. La quatrième... Oui, bon, je n'y suis pas encore. study Ayant bien défini l'histoire de ce recueil (qui je l'espère ne sera que le premier), je peux vous dire que Gabriel, tout en gérant sa relation amoureuse et ses rapports familiaux si riches, se fait de nouveaux alliés aussi puissants qu'excentriques et en apprend plus sur le monde dans lequel il évolue ainsi que son rôle dans tout ça. Mais l'apparition sanglante d'un nouvel ennemi, lié au passé de Nathaniel, pourrait bien mettre en danger ceux auxquels il tient...

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaelle B.




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   28/11/2008, 16:35

bravo Roshieru, tu nous mets l'eau à la bouche avec ce recueil ^_^
y'aurait une petite place pour la suite de nouveau job ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   23/7/2009, 11:37

Bon, bon...

Voilà la suite après bien des combats contre fictionpress : Incubus Crush

N'hésitez pas à critiquer, parce que j'en ai marre d'écrire dans mon coin en recommençant chaque dialogue tous les trois mois car je ne suis jamais satisfaite X)

Je vais essayer de sortir la suite rapidement (le mot le plus important de la phrase étant "essayer" pleurs ).

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)   Aujourd'hui à 15:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec Karen Merveille (Auteur)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le soleil a rendez vous avec la lune
» [OTH] Karen & Keith
» [Taieb, Karen] Je vous écris du Vél d'Hiv, les lettres retrouvées
» { Les aigles ne volent pas avec les pigeons. | PV Tullia & Gaiel |
» Entretien avec Li Kunwu auteur chinois de BD, à Kunming

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Editions Muffins :: Les Editions Muffins :: Nos Auteurs & Illustrateurs-
Sauter vers: