Les Editions Muffins

Forum du site des Editions Muffins
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La typographie du dialogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Roshieru




MessageSujet: La typographie du dialogue   11/5/2008, 11:11

Parce que c'est aussi une source de soucis pour moi-même, je me suis dit que ce sujet pourrait aider d'autres personnes à s'y retrouver. N'hésitez pas à signaler tout oubli ou erreur.

Informations générales sur la typographie sur dialogue
Si l'on peut trouver deux grandes écoles pour le dialogue, en feuilletant le catalogue des éditeurs, on constate d'infinies variations. Certains éditeurs choisissent une typographie du dialogue unique pour leurs ouvrages, d'autres laissent libre choix à l'auteur. Au final, il est vraiment difficile de s'y retrouver malgré l'existence de guides sur la question car les désirs des uns ne correspondent pas forcément à ceux des autres. Et dans tout ça, le pauvre lecteur court le risque d'être quelque peu perdu en navigant d'un roman à un autre (il y a aussi le pauvre auteur qui, n'y comprenant plus rien, est tenté par le suicide).

Règle universelle
Parce qu'il en faut tout de même une. Sauf dans certains cas très rares où l'éditeur ou l'imprimeur souhaitait un gain de place, on retourne à la ligne pour ouvrir le dialogue et l'on retourne à la ligne chaque fois que l'on change de locuteur.

Incises de narration
Une incise de narration désigne une partie non-dialoguée au sein d'un dialogue, visant à préciser le ton ou la façon de parler du locuteur. Cette incise est introduite par un verbe de parole (ou verbe introductif), tel que dire, raconter, appeler... et peut-être plus ou moins longue. Une phrase introduite par un autre verbe qui n'entre pas dans cette catégorie, tel que frapper, ne peut être placée en incise dans le dialogue.

L'usage de l'incise de narration est détaillée au cas par cas dans les points suivants.

L'école dix-neuviémiste

Règle générale
Les règles de cette école se rapprochent de celles que l'on apprend à l'école (excepté si l'enseignement a changé depuis mon passage). Le dialogue s'ouvre et se ferme avec des guillemets françaises, telles que ceux-ci : « ». Hormis pour la première, chaque réplique est ouverte par un cadratin, tel que celui-ci —. Les incises sont mises entre virgule lorsqu'elles sont au milieu de la réplique ou après une virgule à la fin de la réplique. Si la réplique se termine par un point d'interrogation, un point d'exclamation ou des points de suspensions, l'incise ne prend malgré tout pas de majuscule. Il est aussi inutile de ponctuer ces caractères par une virgule finale. Exemple :

« Je suis absolument ravi de vous voir ! s’exclama le Cousin Machin d’un ton guilleret. Comment allez-vous ?
— Pas trop mal, soupira La Chose. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

L'incise finale
L'incise finale, c'est-à-dire la dernière incise à la fin d'un dialogue, peut-être inclue dans celui-ci (dans ce cas, on ferme le guillemet après celui-ci) ou, chez certains éditeurs et auteurs, exclue. Lorsqu'elle est exclue, la virgule ou tout autre signe de ponctuation se trouve généralement devant le guillemet et l'incise ne prend pas de majuscule. Exemple :

[...]
— Pas trop mal, soupira La Chose. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir, dit-il en tanguant légèrement. »

[...]
— Pas trop mal, soupira La Chose. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir, » dit-il en tanguant légèrement.

Cette variation dépend sans doute du point de vu de l'auteur ou de l'éditeur : l'incise finale fait-elle partie du dialogue ou le dialogue s'arrête-t-il avant ? Par soucis de cohérence, on peut cependant estimer que si les précédentes incises sont dans le dialogue, alors la dernière incise en fait partie aussi et le guillemet doit se trouver après.

L'incise longue
Certains auteurs ont tendance à s'étaler dans leur incise, ce qui peut éventuellement poser des problèmes de compréhension au lecteur. Il est alors possible d'exclure l'incise du dialogue avec les guillemets, afin de rendre la lecture plus claire au lecteur :

— J’ai un peu trop bu hier soir, dit-il en tanguant légèrement, les yeux dans le vide et la bouche tordue, et j'ai mal dormi. »

— J’ai un peu trop bu hier soir, » dit-il en tanguant légèrement, les yeux dans le vide et la bouche tordue, « et j'ai mal dormi. »

La narration au sein du dialogue
Lorsque l'on écrit un dialogue, il peut arriver que l'on doive préciser l'action d'une personne (que l'on peut qualifier d'indication scénique). Si cette partie ne comprend pas de verbe de parole, alors ce n'est pas une incise de narration et on ne peut faire comme ceci, au risque de rendre le dialogue confus pour le lecteur :

« Je suis absolument ravi de vous voir ! Le Cousin Machin tangua d'un air ivre. Comment allez-vous ? demanda-t-il.
— Pas trop mal. La Chose le regarda avec stupeur. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

Afin de rendre de sa clarté au dialogue, il est possible de procéder comme suit, en excluant la phrase de narration du dialogue par l'emploi de guillemets, ce qui se rapproche du point abordé avec l'incise longue :

« Je suis absolument ravi de vous voir ! » Le Cousin Machin tangua d'un air ivre. « Comment allez-vous ? demanda-t-il.
— Pas trop mal. » La Chose le regarda avec stupeur. « Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

Pour alléger le dialogue, on peut aussi intégrer les actions du personnage dans l'incise, de cette façon :

« Je suis absolument ravi de vous voir ! Comment allez-vous ? demanda Le Cousin Machin en tanguant d'un air ivre.
— Pas trop mal, répondit La Chose en le regardant avec stupeur. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

A l'auteur de savoir comment doser.

Infinies variations pour perdre l'auteur débutant
Certains auteurs ou éditeurs mettent la virgule de l'incise après le guillemet (qui se ferme alors avant la dernière incise et l'exclue du dialogue) mais les autres signes de ponctuations sont mis avant ce guillemet (exemple : Ouvre-toi ! chez Griffe d'Encre, certains livres de Terry Pratchett chez Pocket Fantasy).
L'incise est parfois automatiquement exclue du dialogue, qui se trouve alors encadré de guillemets fermants et ouvrants (certains livres de Terry Pratchett chez Pocket Fantasy).
Certains éditeurs utilisent un demi-cadratin plutôt qu'un cadratin entier par gain de place.

L'école moderne

Règle générale
Il s'agit d'une simplification de la précédente, visant à faire disparaître tout guillemet. On ne retrouve donc que le cadratin. Pour l'éditeur, elle peut présenter un gain de place et peut simplifier la vie à l'auteur qui n'a plus à se demander "bondieu dois-je inclure l'incise finale dans le dialogue, la mettre après le guillemet de fermeture ? Et où je place cette fichue virgule qui me gâche la vie ?".

— Je suis absolument ravi de vous voir ! s’exclama le Cousin Machin d’un ton guilleret. Comment allez-vous ?
— Pas trop mal, soupira La Chose. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir, dit-il en tanguant légèrement.

Seulement, cette méthode présente d'autres sources de complications qui vous sauteront au visage comme une armée de petits gobelins particulièrement vicieux.

— Je suis absolument ravi de vous voir ! Le Cousin Machin tangua d'un air ivre. Comment allez-vous ?
— Pas trop mal. La Chose le regarda avec stupeur. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir.

Vous y avez compris quelque chose, vous ? Eh oui, avec l'abandon des guillemets, il n'est plus possible de délimiter clairement la partie dialoguée de ce qui n'est pas du dialogue mais de la narration (ou indication scénique). On se retrouve alors devant deux choix. Le premier, réintroduire malgré tout le guillemet et tant pis si il n'est jamais utilisé ailleurs :

— Je suis absolument ravi de vous voir ! » Le Cousin Machin tangua d'un air ivre. « Comment allez-vous ?
— Pas trop mal. » La Chose le regarda avec stupeur. « Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir.

Cependant, ce n'est pas très cohérent d'utiliser des guillemets pour démarquer ces passages mais ne pas signaler l'ouverture et la fermeture du dialogue par celles-ci. Pour faire ça, autant opter pour la précédente école. L'autre solution consiste à revenir à la ligne pour la narration. Comme ceci :

— Je suis absolument ravi de vous voir !
Le Cousin Machin tangua d'un air ivre.
— Comment allez-vous ?
— Pas trop mal.
La Chose le regarda avec stupeur.
— Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir.

Mais dans ce cas, adieu le gain de place apporté par l'absence de guillemets et la structure obtenue peut-être assez lourde, comme dans l'exemple précédent. Comme dans l'école ancienne, il est tout à fait possible pour l'auteur d'intégrer la narration dans l'incise et ainsi obtenir un résultat plus clair :

— Je suis absolument ravi de vous voir !
Le Cousin Machin tangua d'un air ivre.
— Comment allez-vous ?
— Pas trop mal, répondit La Chose en le regardant avec stupeur. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir.

Le cas de notre ami le double point
Je me souviendrais toujours de cette phrase prononcée par l'un de mes professeurs au collège : « deux points, ouvrez les guillemets. » afin de nous dire comment ouvrir un dialogue. Dans la vraie vie d'auteur, il est en fait très rare d'utiliser ces deux points. Par exemple, l'utiliser dans ce cas est un peu abusif :

Le Cousin Machin aperçut son ami La Chose qui venait de l'autre côté de la rue :
« Je suis absolument ravi de vous voir ! Comment allez-vous ?
— Pas trop mal. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

Par contre, on peut l'employer dans ce cas :

Le Cousin Machin, apercevant son ami La Chose venant de l'autre côté de la rue, s'écria :
« Je suis absolument ravi de vous voir ! Comment allez-vous ?
— Pas trop mal. Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

Le double point est aussi utile lorsque l'on veut faire une citation dans la narration.

La Chose se rappelait des propos d'un visiteur disant que : « Le Cousin Machin a quelque chose d’un chien. » mais il ne comprenait pas où il avait voulu en venir, ni pourquoi il s'était enfui ensuite dans un concert d'hurlements.

A ce sujet, il est intéressant de noter quelques points pour la ponctuation des citations. Tout d'abord, si la citation est une phrase entière, il convient de la marquer d'un signe de ponctuation final, tel qu'un point, un point d'exclamation, des points de suspensions... et cela avant le guillemet. Si la citation conclut la phrase dans laquelle elle est insérée, alors un point est ajouté après le guillemet.

La Chose se rappelait des propos d'un visiteur disant que : « Le Cousin Machin a quelque chose d’un chien. ».

Le cas de la citation dans le dialogue
L'auteur peut aussi être confronté à un autre problème : comment mettre en valeur une citation dans un dialogue ? Il y a trois cas envisageables :

Vous avez opté pour l'école moderne, dans ce cas vous utilisez des guillemets françaises, comme ceci :

— Et alors, il m'a dit : « C'est un beau jour pour mourir. ». Je n'étais pas d'accord avec lui.

Si vous avez opté pour l'école dix-neuviémiste, cela devient un peu plus compliqué. Normalement, il faudrait utiliser les guillemets anglaises.

« Et alors, il m'a dit : “ C'est un beau jour pour mourir. ”. Je n'étais pas d'accord avec lui. »

Cependant, toutes les polices n'intègrent pas les guillemets anglaises et beaucoup de maisons d'éditions emploient donc les guillemets françaises, comme ceci :

« Et alors, il m'a dit : « C'est un beau jour pour mourir. ». Je n'étais pas d'accord avec lui. »

Bien qu'à priori incorrect, l'usage en est toléré.

Ce qui ne peut être employé comme signe
Les guillemets anglaises “” même si elles sont très jolies. Exception faite de la citation (voir plus haut).
Les guillemets droites "" qui sont de toute manière très moches.
Le trait d'union - qui semble faire régime.
Le demi-cadratin est parfois toléré, tout dépend de la politique de l'éditeur, mais il convient d'apprendre à l'éviter, juste au cas où l'éditeur à qui vous envoyez le texte vous décapiterait à vu pour ça.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.


Dernière édition par Roshieru le 12/5/2008, 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Admin



MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   11/5/2008, 12:03

Dans le cas des Editions Muffins, le choix « donné » à nos auteurs sont généralement à faire entre :

- L’école moderne, avec retour à la ligne quand l’action re-démarre pour ne pas la confondre avec le dialogue.
- L’école dite « dix-neuvième » avec toutes les incises écrites à l’intérieur de l’espace dialogue, délimité par les guillemets.

Le cadratin choisi, est lui entier !
Notre volonté étant de permettre aux lecteurs de ne pas le confondre avec : les doubles tirets (généralement utilisés pour remplacer des parenthèses que nous refusons le plus souvent) et le simple tiret (utilisé en langue française pour les mots composés).

Notre choix typographique n’est donc certes pas des plus heureux en terme de gain de place. Mais notre démarche n’étant pas spécialement commerciale, nous préférons privilégier qualité (et un certain esthétisme) à quantité…

_________________
Les Editions Muffins
http://www.leseditionsmuffins.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   11/5/2008, 21:58

Sujet plus qu'intéressant !

Quand j'écris, et par un souci de gain de temps par rapport au rendement "pensées-écriture", j'écris selon l'école moderne. Ainsi, je peux écrire beaucoup plus rapidement. J'utilise aussi le tiret pour marquer le début de chaque phrase d'un dialogue, mais c'est aussi par gain de temps. Le remplacera le tiret cadratin ^^
Après, c'est à l'éditeur de signaler ce qu'il préfère. La forme d'un dialogue n'a pas d'incidence sur les mots, ça ne change donc pas le contenu. Par contre, c'est vrai qu'il peut y avoir confusion dans le sens de la phrase. Peut-être est-ce aussi un travail de la part de l'auteur que de rendre ses dialogues compréhensibles, malgré la forme de l'école moderne.

Par contre, la forme suivante me paraît très lourde :

« Je suis absolument ravi de vous voir ! » Le Cousin Machin tangua d'un air ivre. « Comment allez-vous ?
— Pas trop mal. » La Chose le regarda avec stupeur. « Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir. »

Ah, ces guillemets... Ils articulent pourtant très bien le dialogue, on ne pourrait faire plus clair mais à lire, je trouve ça assez "terrible". Ca coupe les phrases et rend le tout peu esthétique, à mon goût.
Par contre, une forme que je ne comprends pas est celle ci :

— Je suis absolument ravi de vous voir !
Le Cousin Machin tangua d'un air ivre.
— Comment allez-vous ?
— Pas trop mal.
La Chose le regarda avec stupeur.
— Et vous ?
— J’ai un peu trop bu hier soir.

Alors là, adieu ma compréhension ! La logique voudrait qu'on comprenne que la phrase "Comment allez-vous ?" soit dite par Cousin Machin. Mais elle pourrait tout aussi bien être dite par La Chose. Evidemment, il aurait fallu que ce soit précisé pour que ce soit le cas mais... je ne sais pas, aller à la ligne après chaque indication sur le personnage qui parle peut devenir ingérable. Si j'écris ceci (attention, impro lol) :

- Salut X, ça va ?
Y sourit.
- Je suis allé au centre commercial hier et j'y ai croisé W ! On a parlé de toi...
Son sourire était gêné.
- Je crois qu'elle en pince pour toi !
- Elle en pince pour moi ?! Impossible...
X sourit, gêné à son tour.
- On ne se parle quasiment jamais, pourquoi elle en pincerait pour moi ?
- Ca, je pourrais pas te le dire, dit Y en haussant les épaules.

Hmm... oui, impro, hein... Et là, du coup, je ne sais pas comment faire. Le ", dit Y en haussant les épaules." est-il correct avec cette forme de dialogue ? Je pense surtout que c'est à l'auteur d'organiser son écriture (même si c'est loin d'être évident). Réécriture, école moderne sans le retour à la ligne.

- Salut X ! Ca va ? s'exclama Y en souriant. Je suis allé au centre commercial hier et j'ai croisé W ! On a parlé de toi... Je crois qu'elle en pince pour toi ! finit-il, le sourire gêné.
- Elle en pince pour moi ?! Impossible... X sourit, gêné à son tour. On ne se parle quasiment jamais, pourquoi elle en pincerait pour moi ?
- Ca, je pourrais pas te le dire, dit Y en haussant les épaules.

En fait, ce qui me gêne dans le retour à la ligne, c'est cette cassure dans le dialogue. Un dialogue est censé rendre les personnages plus vivants, donner une certaine dynamique au récit, mais avec ce retour à la ligne, c'est comme si on faisait une pause entre chaque affirmation.

Ah, et j'ai aussi une question ! Dans une phrase de style "Quel temps fait-il chez toi aujourd'hui ? demanda-t-il.", le "demanda" doit prendre une majuscule ou non ? La plupart du temps je le vois sans majuscule, et j'ai pris l'habitude de ne pas en mettre non plus, supposant que c'était une forme correcte et trop habituée à le faire. Mais on trouve aussi une forme avec majuscule... Les deux formes sont-elles justes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   11/5/2008, 23:02

Concernant l'insertion d'action dans les dialogues (avec retour trop fréquent à la ligne), je pense que le soucis est aussi que beaucoup d'auteur ont tendance à surcharger leur dialogue par une explication de placement, de sentiment ou de présentation entre CHAQUE réplique !
Ca peut aussi être sympa de laisser parfois juste "deux répliques" sans incise ou reprise d'action.
Je lis parfois des textes qui sont imbuvables pour cette seule raison. Une incise après chaque dialogue... C'est l'overdose à mes yeux et pourtant ultra fréquent ! D’autant plus quand c’est juste pour dire des banalités inutiles
- J’ai faim, dit-il
- Ah oui ? répondit-elle.
Franchement sans les incises on comprend aussi bien et beaucoup n’offre pas grand-chose de plus entre chacun de leur dialogue…
Bref, comme tu le dit si bien Len, c’est aussi et surtout le travail de l’auteur de faire l’effort de rendre le tout coulant en adaptant son texte aux contraintes typographiques...

Quant à la question, "majuscule ou pas majuscule" pour le premier mot de l'incise qui suis une ponctuation finale, j'ai des jours et des jours de recherche derrière moi et la conclusion est... "Pathétique" pour certaine maison d'édition ultra connu ! Par pur exemple, les ouvrages les plus select de Stephen King (en gros les bibles, 1er édition, pas les livre de poche) comportent sur une MEME page la totalité des possibilités dans un beau mélange que je juge franchement « minable » pour des sociétés qui a l’argent pour se payer des traducteurs et relecteur professionnels à prix d’or !

Concernant les Editions Muffins, nous avons fait le choix typographique que toute incise commencerait par une minuscule ! Car cela reste la pratique la plus « usuelle ».
(Une raison comme une autre quand il faut trancher et faire son choix)

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troll des Bois




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 00:15

...
Et ben...
Voilà qui est éclairant ! ^__^

Merchi...

Pour ma part, je n'ai pour ainsi dire, jamais suivis la moindre règle...
J'ai toujours fonctionné à l'instinct...

Et j'ai maintenant tendance à éviter les actions dans les dialogues...
Je trouve ça souvent pesant et sans grand intérêt...
Dans ce cas là, si on veut vraiment les préciser, autant écrire le texte comme une pièce de théâtre...

Enfin, ce n'est que mon avis perso... ^__^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 01:08

Ce ne sont que des exemples, Lenamei. Le but n'est pas que ce soit élégant mais de montrer comment ça marche, en proposant différentes variations ^^

Pour ce qui suit, j'ai la migraine, alors je ne sais pas du tout si c'est clair.

Citation :
Alors là, adieu ma compréhension ! La logique voudrait qu'on comprenne que la phrase "Comment allez-vous ?" soit dite par Cousin Machin. [etc...]

L'exemple porte sur les phrases de narration "classique" intervenant au sein d'un dialogue et la façon de les placer. Je n'ai pas pris la peine d'inclure des incises car ça n'était pas dans le cadre de l'exemple. Evidemment, si je devais écrire ce dialogue pour une histoire, j'inclurai une incise : )

Citation :
Le ", dit Y en haussant les épaules." est-il correct avec cette forme de dialogue ?

Bien entendu, car c'est une incise de narration. L'incise est, dans le cas du dialogue, introduite par un verbe de parole. Que ce soit dire, crier, hurler, menacer, etc... Bref, tout ce qui indique le ton du personnage. Tu peux ensuite préciser l'attitude générale du personnage (ex : "en haussant les épaules").

Si tu préfères, voilà un exemple précis :

- Ca, je pourrais pas te le dire, dit Y en haussant les épaules (ça c'est une incise de narration, avec l'emploi d'un verbe de parole, la phrase est correcte).
- Ca, je pourrais pas te le dire, haussa des épaules Y (ça, c'est de la narration classique qui ne peut se placer en fin ou au milieu d'un dialogue car le verbe hausser n'est pas un verbe de parole, la phrase est donc incorrecte).

Citation :
- Salut X ! Ca va ? s'exclama Y en souriant. Je suis allé au centre commercial hier et j'ai croisé W ! On a parlé de toi... Je crois qu'elle en pince pour toi ! finit-il, le sourire gêné.

Je ne suis pas certaine que mettre deux incises dans une même tirade soit correct. Malheureusement, je n'ai pas encore trouvé de texte qui parlerait de ce cas...

De toute manière, il manque des choses au premier post donc j'éditerai demain pour combler les différents manques et j'espère que ce sera plus clair après ^^,

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenamei Aoi




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 12:18

Mimi > ok pour la question "minuscule/majuscule" ^^ Et merci pour cette réponse.
En tout cas, c'est vrai que c'est inadmissible que dans des livres de grands éditeurs on puisse trouver de telles erreurs... Et en plus pour un grand auteur !

Roci > Merci pour les explications ^^ L'écriture est un domaine où, pour être au top, il faut connaître beaucoup de choses, et beaucoup de choses "techniques" surtout. On pourrait se contenter d'aligner les mots mais quand on se rend compte que la seule place d'une virgule peut changer tout le sens d'une phrase, il y a des choses qu'on se doit de savoir. Donc merci beaucoup pour ce topic qui, je l'espère, grandira avec la participation de chacun ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 13:22

C'est souvent les grands éditeurs qui sont les plus paresseux. Fleuve Noir (un grand éditeur dans le domaine de la SF, du fantastique, de la fantasy et de l'horreur), durant les années 90, a notamment massacré de nombreux livres en coupant des passages entiers pour que les livres soient plus courts (c'est le cas de certains Lance Dragon - du moins je crois que c'est cette série -, une page internet liste certaines de ces coupures et c'est assez édifiant). Ce n'est pas dans le domaine de la typographie mais pour moi cela illustre tout autant ce manque de sérieux et de respect envers les œuvres, et surtout un mépris certain envers le public et les auteurs eux-même (supprimer des passages de ces livres pour les raccourcir, ça revient à dire que de toute manière le public est trop con pour voir la différence, et que les auteurs ne méritent pas un traitement respectueux car c'est de la "mauvaise littérature").

Les petits éditeurs, eux, accordent sans doute plus de soin car ils ont besoin de proposer un minimum de qualité pour vendre. Là où les gros éditeurs ont leur réputation, parfois injustifiée, qui les précède (les gens leur font automatiquement confiance). Qu'ils fassent de la merde ne changera rien car ça se vendra quand même.

Après, il ne faut pas non plus penser que les gros éditeurs font forcément du caca (par exemple, les livres du Disque Monde de Pratchett sont merveilleusement traduits) mais que ça ne m'étonne pas qu'un grand éditeur face preuve d'autant de je m'en foutisme, parce qu'il peut se le permettre.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 13:32

Dans le même genre, quand j'ai eu ma "période" SF en dévorant les 50ène de livre Star Wars de Fleuve Noir... (c'est aussi riche que les Star Treck et autre histoires à plusieurs génération du genre...) J'ai réalisé que plus ils en sortait et plus les traductions étaient mauvaises...
Phrase non française, parenthèses, faute d'orthographe, voir pire : Faute de frappe (le truc qui se voit en gros rouge sur word...)
Bref, il est d'autant plus vrai que plus l'œuvre est considérée comme "commerciale" et plus ils s'en moquent bien de la qualité !

Dans le même genre quand on voit qu'en anglais les premier livre de Mercedes Lackey font 500pages, là où ils atteignent à peine les 200 en français.... Cherchez l'erreur.
Je veux bien qu'une même phrase ne prend pas autant de place entre deux langues, mais y'a des limites à cette explication (d'autant que c'est plutôt le français qui prend plus de place que l'anglais...)

Sinon, un gros merci à Roshieru d'avoir fait une si belle synthèse !

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meanne77




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 14:41

(Ah, il faut être membre pour participer à la discussion...)

Pour ajouter deux sous de pensée sans pour autant réécrire ce qui a déjà été très bien dit, mais pour corriger quelques inexactitudes et compléter un chouïa, je me permets de vous rediriger vers un post LJ récent et traitant justement du sujet : http://shakeskp.livejournal.com/177403.html

Naturellement, les choses ont été là encore simplifiées mais y'a déjà de quoi faire sur le sujet... (finalement, ce qu'il faut retenir, c'est qu'il ne faut surtout pas prendre pour exemple des livres publiés pour démêler le correct de l'erroné ! ^^; )

Ce site est très sympa également : http://listetypo.free.fr/ortho/guillemets.html

Hélas, il est mort avant d'avoir abordé un autre thème...


Dernière édition par Meanne77 le 12/5/2008, 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 15:11

Le premier lien que tu donnes ne semble pas marcher (j'arrive sur 404 not found). Edit : non, c'est bon, c'est juste que tu as mis un point après html XD

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meanne77




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 15:42

Damned! On pourrait croire qu'au bout de près de dix ans sur le net (... oh Seigneur !) je ne me ferais plus avoir parce genre de trucs, hein, mais non...

Corrigé (merci)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   12/5/2008, 16:00

Sinon c'est très intéressant. Je vais compléter le premier post, même si j'avais vu certains points déjà ailleurs (mais j'avais oublié de les aborder). Et aussi corriger toutes mes fautes d'inattentions.

PS : je vois que la personne ayant écrit le post sur livejournal aime Torchwood X)

Edit : j'ai complété le premier post et ré-arrangé certaines choses. Si vous voyez des erreurs, n'hésitez pas à le dire.

Edit 2 : mince, j'ai encore oublié un truc =o= je le ferai demain.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambroisie




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   14/5/2008, 20:21

mmh... pas con le post, justement je me prenais la tête à ce sujet avec ma bêta ^^ et je vais pouvoir lui montrer que c'est moi qui avait raison et pas elle XD *s'en va avec sa preuve sous le bras*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supersab




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   25/9/2009, 13:01

question bête mais le cadratin correspond à quelle touche sur le clavier ?

ce n'est pas le tiret de la touche 6 ni celui de la touche 8 . confused confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   25/9/2009, 14:11

Pour le cadratin, il faut configurer ton logiciel de traitement de texte, car malheureusement le clavier français azerty ne le connaît pas (ce qui est aberrant, comme l'absence de touche pour les majuscules accentuées qui demandent des combinaisons tordues pour être exêcutées...). Je crois qu'on a parlé de ça sur le forum mais je ne sais plus où...

Généralement, dans un traitement de texte, tu as quelque part une option pour configurer les touches (ou une combinaison de touche) OU pour la transformation d'un caractère ou d'un ensemble de caractère en un autre. C'est très pratique pour spécifier de garder l'accentuation sur les majuscules (souvent effacées). Dans mon word, si je tape deux fois -, il me le transforme en cadratin (car je lui ai dit) tandis que openoffice me transforme tout - en début de ligne en cadratin. Le problème, c'est que la méthode de configuration va changer selon le logiciel que tu utilises, alors je ne peux pas t'en dire plus... (et si tu as un mac, je peux même rien te dire)

Autre solution : il existe d'autres claviers qu'azerty, les bépo, comportant ces touches (même les ..., les majuscules accentuées, l'espace insécable, toutes les guillemets, etc). Typematrix en propose.

http://bepo.fr/wiki/Accueil

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supersab




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   25/9/2009, 15:10

merci Roshieru, j'ai microsoft office word 2007. Je suis allée voir dans la section "symbole", pour avoir un cadratin, il faut appuyer sur crtl + alt + -.

puis-je copier-coller ton explication sur les guillements sur un autre forum?

en tout cas moi qui mettais des guillements à chaque prise de parole...

"Je suis absolument ravi de vous voir " ! s’exclama le Cousin Machin d’un ton guilleret. "Comment allez-vous ?"
— " Pas trop mal, soupira La Chose. Et vous ? "
— " J’ai un peu trop bu hier soir. "

... je vais revoir ma copie. regarde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   25/9/2009, 22:59

Tu peux faire ce que tu veux de mon post, je suis pas du genre à courir partout et à hurler si on copie l'un de mes messages ^^ On a même le droit de corriger, compléter, parce que je ne prétends pas tout savoir... Very Happy

Sinon, oui, il y a la combinaison de touche mais tu peux même la modifier si tu la trouves trop contraignante (il faudrait que je vérifie comment) ^^

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supersab




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   26/9/2009, 13:35

Merci Roshieru,
j'ai mis en application ces règles du dialogue. Les mauvais reflexes se prennent vite, ur dur de se corriger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saitoo




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   4/10/2009, 19:03

Moi même j'ai beaucoup du mal à écrire mes dialogue. Au début c'était plus ou moins facile, mais ces dernier temps j'ai de plus en plus du mal à les faire...Je ne sais pas pourquoi. De ce fait maintenant je fais toujours en sortes de mettre que le stricte minimum de dialogue. Mais c'est une excellente idée de nous mettre toutes ces règles. Comme l'a dit Supersab, "Les mauvais reflexes se prennent vite"...

En tout cas encore merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlia Eien




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   9/10/2009, 20:52

Supersab a écrit:
question bête mais le cadratin correspond à quelle touche sur le clavier ?

ce n'est pas le tiret de la touche 6 ni celui de la touche 8 . confused confused

Pas si bête que ça, pour y accéder soit tu vas dans caractères spéciaux et tu vas sur insérer, soit il existe un code en alt+chiffres, ou encore sous word tu appuies -- pour le demi quadratin ou --- pour le quadratin en début de ligne avec un espace, enfin ca marche sous ma version je ne sais pas pour les autres... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mllesarah




MessageSujet: Les pensées doivent-elles se mettrent entre guillemets   5/1/2010, 13:01

Bonjour à vous tous,


Je viens à peine de m'inscrire sur ce site et, ayant lu la question portant sur la façon d'insérer un cadratin, j'ai une solution qui pourra peut-être vous intéresser.

Sur Word, lorsqu'on clique sur Insertion, apparaît en haut à droite la case Symbole.
Celle-ci est divisée entre Equations et Symboles.
Parmi les symboles, se trouvent le cadratin et le demi-cadratin.

Par ailleurs, au cas où une personne aurait la réponse, je recherche la règle à appliquer en ce qui concerne la typographie relative à l'insertion de pensées au sein d'un récit.

Par exemple : Il s'avança vers la plage et vit que le soleil était déjà couché. Je ferais mieux de rentrer, pensa dit-il.

Dans certains ouvrages, la phrase prononcée ou simplement pensée, est mise entre guillemets. Dans d'autres, elle est laissée sans guillemets. Et parfois, les deux cas de figure se retrouvent dans un seul et même ouvrage.

Je me demandais donc s'il fallait mettre les pensées entre guillemets ou pas.

Et, en cherchant la réponse, je me suis également demandé si, au final, le choix ne dépendait pas du caractère effectif de l'acte de parole.

En ce sens, se pourrait-il que les guillemets ne doivent être insérés que lorsque la phrase est effectivement prononcée (par ex : "Je dois rentrer", murmura-il) et non pas lorsqu'il s'agit d'une pensée (par ex: La mer est belle, songea-t-il) ?

Ou le caractère effectif de la prise de parole n'a-t-il rien à voir ?

C'est en tout cas une question à laquelle je cherche une réponse depuis des semaines... en vain.

Je remercie par avance toute personne ayant une idée à ce sujet.
Bien à vous,
Sarah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimimuffins
Admin



MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   7/1/2010, 23:31

Maintenant que c'est abordé, j'avoue n'avoir jamais vu des pensées mises en reliefs par des guillemets dans mes lectures. (Ou alors, je ne m'en suis jamais rendu compte o_o)

Je suis donc de l'avis que dans le cadre des textes qui comportent le choix de signifier les dialogues par des guillemets, les pensées d'un perso en soient dénuées. Et donc de suivre comme tu la dis le caractère effectif de la prise de parole.

Après, si certains textes présentent des pensées entre guillemets, sur le fond, il n'y aurait rien de choquant pour autant, si les choix de ponctuation sont homogènes dans tout le texte...

_________________
mimimuffins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roshieru




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   8/1/2010, 03:11

Oui, c'est ça, rester homogène.

Ceci dit, je suis mitigée par le fait de l'encadrer de guillemets. Certains verbes de "pensée" peuvent aussi aller à l'oral, comme "songer". On peut "songer" à voix haute. De même que "réfléchir" peut indiquer tout autant un processus interne qu'émit à l'oral. Et il y en a plein d'autres qui, si on y pense, possèdent la même ambiguïté de sens. Je pense que :

tralala, pensa-t-il.

est suffisant, qu'importe après la façon dont on note les paroles orales (entre guillemets et avec cadratin, ou sans guillemet et avec cadratin).

On peut aussi donner dans l'exotique et mettre de l'italique. Pour ma part, ça ne me choque pas réellement mais certains trouvent cependant que ça peut engendrer une confusion avec l'usage classique de l'italique dans un roman (soit "souligner" un propos). Après tout évolue.

_________________
Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mllesarah




MessageSujet: Mes remerciements...   8/1/2010, 12:40

Je vous remercie tous deux pour ces conseils judicieux.

En effet, le suivi d'une seule et même ligne typographique paraît essentielle. Mais il reste curieux qu'après des jours et des jours de recherche, je ne sois pas parvenue à trouver un manuel explicitant ce cas de figure précis qui, malgré tout, est fort usité.

Dans le cas d'un récit ponctué de pensées personnelles, l'utilisation de guillemets peut aussi, je suppose, marquer la séparation entre la réalité d'écrite et ce que le personnage est amené à penser de celle-ci.
Manière de placer une sorte de panneau de signalisation à l'intention du lecteur, surtout lorsque la pensée en question n'est pas suivie d'un "se dit-il" ou d'un "pensa-t-il".

Dans tous les cas, je vous remercie à nouveau et vous souhaite une agréable continuation.
Bien à vous,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La typographie du dialogue   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
La typographie du dialogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dialogue & idées
» Dialogue entre Père & Fils ...
» Dialogue d'adverbes
» Dialogue de mères
» Dialogue de sourd avec le Frankfurt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Editions Muffins :: Salon de discussions :: Le coin des écrivains-
Sauter vers: